Ceux que j'ai rencontré ne m'ont peut-être pas vu

Théâtre National Wallonie-Bruxelles Dramateek 34

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Ceux que j'ai rencontrés ne m'ont peut-être pas vu
Conception et mise en scène : NIMIS Groupe (David Botbol, Romain David, Jérôme de Falloise, Yaël Steinmann, Anne-Sophie Sterck, Sarah Testa et Anja Tillberg)

Ecriture et jeu : NIMIS Groupe, Jeddou Abdel Wahab, Samuel Banen-Mbih, Dominique Bela, Tiguidanké Diallo, Hervé Durand Botnem et Olga Tshiyuka

Coordination générale : Edith Bertholet
Assistants : Sarah Hebborn, Pierrick De Luca
Vidéo : Yaël Steinmann & Matthieu Bourdon
Directeur technique & son : Julien Courroye
Lumière : Pierre Clément & Alice Dussart

A l’heure où des milliers de personnes meurent chaque année aux portes de l’Europe, le Nimis Groupe nous invite à un voyage percutant et profondément humain. Passionnant, drôle et touchant !

Depuis cinq ans, ce collectif d’artistes ausculte les politiques migratoires européennes. La rencontre avec des demandeurs d’asile, leur nécessité de dire en public ce qu’ils vivent, la joie partagée ensemble ont scellé leur détermination à écrire un spectacle avec eux.  Que se passe-t-il aux frontières, dans les centres d’accueil, lors d’une audition pour une demande d’asile, avant l’ultime voyage vers l’Europe ? Face à l’impasse politique, économique et administrative où la migration semble être rendue, le plateau de théâtre s’ouvre alors comme un espace de rencontres et donne l’espoir d’un possible vivre ensemble.

Accompagné d’exilés, le Nimis Groupe - dont certains ont travaillé avec Françoise Bloch, notamment dans Money - déploie une épopée où l'humour et la légèreté font ressortir la profondeur d’épisodes absurdes de vérité. Un spectacle incisif qui replace l’humain au centre du débat.

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Le Théâtre national de la Communauté française (anciennement Théâtre national de Belgique) est une institution théâtrale fondée à Bruxelles en 1945 par Jacques Huisman.

Le Théâtre national de Belgique naît le 19 septembre 1945 par arrêté du prince Régent. Parmi les missions qui lui sont confiées : « contribuer à la diffusion de la culture, répandre le goût du théâtre de qualité, faire connaître en Belgique et à l’étranger le théâtre belge (auteurs, metteurs en scène, comédiens, décorateurs, etc.) et relever la condition sociale et professionnelle des comédiens ». Cette dernière mission est confirmée en 1958, lorsque le Théâtre national devient « établissement d'utilité publique ».

En 1961, le Théâtre national de Belgique s'installe au Centre Rogier, entre la place Rogier et la gare du Nord, non loin de la place de Brouckère, au centre de Bruxelles, dans un espace spécialement construit pour lui. Le Centre Rogier étant voué à la démolition en 1999, le TNB quitte la place Rogier et emménage provisoirement non loin de là, dans l'ancien cinéma Palace, avant de s'installer, toujours dans le centre, dans un bâtiment nouvellement construit selon les plus récents critères scénographiques au boulevard Émile Jacqmain et inauguré le 16 novembre 2004 et devient le « Théâtre national de la Communauté française de Belgique » (dite aussi Communauté Wallonie-Bruxelles).

Le nouveau Théâtre national de la Communauté française de Belgique comporte notamment une grande salle de 750 places, une petite salle de 250 places, un vaste foyer sur quatre étages avec deux bars, une salle de répétition, un studio son, etc.

Depuis, 2008, le Théâtre National collabore régulièrement avec le Koninklijke Vlaamse Schouwburg (KVS), son pendant de langue néerlandaise, installé à Bruxelles dans le même quartier.

  • Boulevard Emile Jacqmain 111-115, 1000 Bruxelles, Belgique
  • web

Nimis Groupe

Le Nimis groupe est un collectif d’actrices et d’acteurs réunis par la nécessité d’interroger les politiques migratoires de l’Union européenne. Avant de se lancer dans la conception d’un spectacle, le groupe a mené pendant trois années un travail d’ateliers et de documentation. Nous sommes allés à la rencontre de personnes impliquées dans les questions migratoires à différents niveaux : juristes, militants, fonctionnaires et parlementaires européens, avocats, chercheurs, travailleurs sociaux, demandeurs d’asile en centres ouverts ou détenus en centres fermés.

Le Nimis est issu d’un échange « Prospero » entre étudiants du Conservatoire de Liège et du Théâtre National de Bretagne. Nous avons constaté ceci : l’Europe finance des programmes pour que nous nous rencontrions mais elle dépense aussi des sommes d’argent pour élever des barrières face au reste du monde. Nous avons mené une enquête pour tenter de comprendre. Au fil des rencontres et des ateliers (réseau Migreurop, ULg, Centre d’accueil de la Croix Rouge à Bierset...), le NIMIS groupe a confronté ses recherches à l’épreuve du plateau. Certains a priori s’effaçaient et d’autres questions se soulevaient. La rencontre avec des demandeurs d’asile, leur nécessité de dire en public ce qu’ils vivent, la joie partagée ensemble ont scellé notre détermination à écrire un spectacle avec eux.

Votre réaction