Bobby McFerrin @ Alfa Jazz 2013

Alfa Jazz Festival Jazzee 25

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

SpiritYouAll
Bobby Mc Ferrin

Spirityouall est un hommage à son père - le musicien Robert McFerrin Sr. , dont l'album Deep River a fait reconnaitre les  "spirituals" comme un art majeur .

Un grand nombre d'instrumentistes ont participé à l'enregistrement de l'album Spirityouall , comme Lisa Fischer , Gil Goldstein , Larry Grenadier , Joey Blake , Tanya Hall, jeune chanteuse et le contrebassiste Esperanza Spalding.

Alfa Jazz Festival

Alfa Jazz Fest est un festival international de jazz, qui se tient annuellement en Juin à Lviv (Ukraine). Le premier festival a eu lieu en 2011.

Le festival se déroule sur trois lieux:

• la scène principale du festival dans le Bohdan Khmelnytskyi Culture Park: le stade porte le nom du célèbre musicien de jazz soviétique Eddie Rosner.

• une scène sur la place centrale de la ville: la place du marché.

• une scène dans une partie historique de la ville:  place Pototski du Palais.

En plus des concerts de musiciens de jazz du monde entier, des jam sessions, master-classes et des séances d'autographes de stars du jazz du monde ont lieu pendant le festival.

Une cérémonie de remise des prix annuelle, «Alfa Jazz Fest price», a lieu pendant le concert de gala du festival à Lviv. Ces prix sont établis pour honorer les artistes ayant apporté une contribution significative au développement de la musique de jazz. Le gagnant est choisi par un large éventail d'experts, comprenant des critiques de musique, des personnalités culturelles de premier plan, des membres du gouvernement, des journalistes et des entrepreneurs de différents pays.

  • 52, O.Gonchara Str., office 26 01054 Кyiv, Ukraine
  • web

Bobby McFerrin

Robert « Bobby » McFerrin Jr., né le 11 mars 1950 à Manhattan, est un chanteur, vocaliste et chef d'orchestre américain. Il est surtout connu pour la chanson Don't Worry, Be Happy.

Ses parents étaient chanteurs : son père, Robert McFerrin Sr., fut d'ailleurs le premier chanteur d'opéra afro-américain à chanter au Metropolitan Opera de New York.

Il a aussi collaboré avec d'autres grands musiciens de jazz comme le pianiste Chick Corea, ou de classique comme le violoncelliste Yo-Yo Ma.

Il a ainsi interprété la chanson du générique du Cosby Show (composée par Bill Cosby) en 1987 et improvisé celle de Knick Knack, un des premiers courts métrages des studios Pixar, en 1989.

En complément de sa carrière vocale, Bobby McFerrin fut nommé en 1994 à la direction musicale du Saint Paul Chamber Orchestra du Minnesota, poste spécialement créé à son intention.

Côté vie privée, le fils ainé de Bobby McFerrin, Taylor McFerrin, auteur-compositeur, producteur musical, beatboxer, multi-instrumentaliste a sorti un album en 2014 Early Riser2,3.
Techniques de scène

Bobby McFerrin ne prévoit pas souvent ce qu'il va chanter sur scène, la majorité de ses spectacles sont entièrement improvisés.

Il a commencé au début de sa carrière avec des reprises de morceaux des Beatles (Blackbird, From Me to You), il s'inspire beaucoup des cantates de Johann Sebastian Bach. Il s'est ensuite totalement adonné à l'improvisation dont certaines ont été enregistrées en direct sur scène (Spontaneous Inventions).

Il propose ainsi au public des motifs de notes à répéter tandis que lui improvise par-dessus. Il transforme le public en vrai chorale (même avec plusieurs voix) sans aucune préparation, et lui joue le rôle du soliste. Un cas intéressant : celui où Bobby interprète le clavier bien tempéré de Bach et le public, qui n'a bien sûr pas été prévenu avant, chante l'Ave Maria de Charles Gounod par dessus.

Il utilise des procédés tel que l'échelle pentatonique (ou échelle musicale) où il indique la première note à l'emplacement de ses jambes, puis les notes correspondant aux divers déplacements de gauche à droite tout en le faisant chanter à son auditoire.

Il utilise au maximum les capacités de son micro : Il l'éloigne pour diminuer les aigus et le gain et le rapproche quand il utilise des rythmes nécessitant des basses. C'est donc un va-et-vient continu, simulant des échos avec son larynx, des décrescendos brusques qui imitent le potentiel des instruments. Il place également son micro au niveau des ganglions, ce qui fait ressortir les basses de sa voix. À cet emplacement du micro il peut même chanter deux voix simultanément (Drive - The Collection (2007)).

Ses gestes miment souvent des instruments à cordes ou des vents ce qui fait parfois rire le public.

Votre réaction