Les Violons de l'Espoir / Shlomo Mintz

Forum Grimaldi ClassicAll 7

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

 Gianluigi GELMETTI: “Ke’ev”, création mondiale, pour soprano et orchestre

Ernest BLOCH: “Baal Shem” pour violon et orchestre

“Avinu Malkeynu”: arrangement pour violon, violoncelle et orchestre

Piotr Ilytch TCHAÏKOVSKY: Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op.35

Ludwig van BEETHOVEN: Symphonie no.5 en ut mineur op.67 - Finale

Mihaela Marcu, soprano
Shlomo Mintz, violon

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Gian-Luigi Gelmetti, direction

Tout commence en 1990, Amnon a repris l’atelier de son père, Moshé, qui ne s’est jamais remis de la perte de 400 membres de sa famille assassinée pendant la Shoah. Profondément meurtri, Amnon refuse de vivre dans ces souvenirs-là. Un jour, un survivant du fameux orchestre d’hommes d’Auschwitz vient lui apporter son violon qu’il veut offrir à son petit-fils et qu’il avait gardé précieusement sans parvenir, comme tant d’autres, à le brûler après la guerre. Geste symbolique que firent les premiers violonistes du philharmonique d’Israël sauvés de l’Europe nazie par Hubermann, créateur de l’orchestre et qui, apprenant ce que devinrent leurs familles, se débarrassèrent de leurs violons, allemands pour la plupart. Alors qu’il ouvre l’instrument, des cendres tombèrent, probablement celles du crématorium d’Auschwitz. Rattrapé par sa propre histoire, Amnon se sent prêt pour la tâche qui l’attend et commence à localiser tous les instruments à cordes dont ont joué des musiciens ayant eu des connexions avec la guerre. Certains ont appartenu à de célèbres violonistes, et ont été amenés chez Amnon, laissés de côté par leurs propriétaires souvent partis aux Etats-Unis. D’autres sont cassés en mille morceaux, débris d’une autre vie que les musiciens veulent oublier. Et puis il y a les émouvants Klezmers, musiciens itinérants qui jouaient pour des mariages ou bar-mitsvot. Ceux-là sont marqués par une étoile de David, signe de reconnaissance. A Rome, quatre d’entre eux ont été répartis parmi les jeunes de l’orchestre.

Avec une patience infinie, Amnon Weinstein reconstruit comme un puzzle ces instruments, leur donnant une nouvelle vie tout en gardant la mémoire de l’ancienne. Connu dans le monde entier pour son travail, Amnon Weinstein est devenu l’architecte de ces instruments d’un certain passé qui ne passe pas, les cherchant sur toute la planète. Il a refusé une seule fois une pièce car, à l’intérieur, le luthier nazi sachant que le violon appartenait à un juif avait gravé?: «?Heil Hitler 1936?», ajoutant, la croix gammée en son centre.

Forum Grimaldi

Cet important complexe du 10 avenue Princesse Grace du quartier Le Larvotto, de 70 000 m2 de surface pour une capacité de 3000 personnes, au design spectaculaire de béton, de verre et d’acier, entièrement gagné sur la mer Méditerranée, est inauguré le 20 juillet 2000, par les princes Rainier III de Monaco et Albert II de Monaco.

Entièrement modulaire, il peut accueillir simultanément plusieurs événements d'ampleur internationale de type séminaire, congrès, convention, salon, dîner de gala, spectacle, opéra, ballet, concert, festival, exposition, tourisme d'affaires.... avec :

    1 théâtre
    3 auditoriums
    22 salles de conférences
    3 espaces de restauration

 

Shlomo Mintz

Critiques, collègues, et public, considèrent Shlomo Mintz comme un des plus importants violonistes de notre temps, estimé pour son sens musical impeccable, sa polyvalence stylistique, ainsi que pour sa technique.

 

Il se produit régulièrement sur les plus grandes scènes internationales, avec les plus grands orchestres et sous la direction des meilleurs chefs. On peut l’entendre aussi bien au violon qu’à l’alto, en récitals et en musique de chambre, avec des ensembles réputés dans le monde entier.

 

Shlomo Mintz a reçu plusieurs prix prestigieux de musique comme le Premio Accademia Musicale Chigiana de Sienne, le Diapason d’or, le Grand Prix du Disque, le Gramophone Award et le Edison Award. Depuis 2004 il enregistre pour AVIE Records à Londres.

 

Né à Moscou en 1957, il a émigré avec sa famille deux ans plus tard en Israël, où il a étudié avec Ilona Feher. A l’âge de onze ans, il fait ses débuts de concertiste avec l’Orchestre Philharmonique d’Israël. Il débute au Carnegie Hall à seize ans avec l’Orchestre Symphonique de Pittsburg. Dans le même temps, il étudie avec Dorothy Delay à la Juilliard School of Music à New York.

 

Dès l’âge de dix-huit ans, Shlomo Mintz pratique également la direction d’orchestre et dirige depuis avec le plus gros succès les orchestres renommés dans le monde entier. Il devient conseiller musical de l’Orchestre de Chambre d’Israël, ainsi que chef principal invité de l’Orchestre Symphonique de Maastricht et de l'Orchestre Philharmonique de Zagreb (2008-2010).

 

En plus de son activité très chargée de soliste, Shlomo Mintz a patronné jusqu’en 2011 l'Académie Internationale de violon Keshet Eilon en Israël - dont il est l'un des fondateurs - et donne des classes de maître dans le monde entier.

 

Il siège dans les jurys des grands concours internationaux, parmi lesquels le Concours Tchaikovsky à Moscou, et le Queen Elisabeth International Music Competition à Bruxelles. Il a encore été le président du Jury du Concours International de Violin Henryk Wieniawski à Poznan en Pologne. Depuis 2002, il est le président du jury du Concours International de Violon de Sion Valais (Suisse), et, depuis avril 2007, il est aussi le président du nouveau Concours International de violon Munetsugu Angel à Nagoya (Japon), et depuis 2010 du Concours International de Violon et du Festival de Buenos Aires.

Mihaela Marcu

Mihaela Marcu est née à Timisoara, en Roumanie, où elle a commencé à chanter quand elle était lycéenne. Elle a ensuite intégré le Conservatoire de Musique de Timisoara. Au sein de cette académie, Mihaela a obtenu une maîtrise en art, en tant que chanteuse d'opéra.

 

Mihaela a commencé sa carrière en chantant avec le choeur de l'Opéra Nationale de Timisoara, et y interprétant quelques solos. Durant cette période, elle participe aux master-class de Murgu Corneliu, Vladislav Piavko et Renee Corenne.


En 2007, elle complète ses études en Autriche grâce à une bourse offerte par le CEE Musiktheater Academy of Vienna, développant ainsi son répertoire, intégrant par exemple le rôle de Fiordiligi dans "Cosi fan tutte". Ses études terminées, elle est invitée à se produire en concerts dans plusieurs grands théâtres européens, dont le Vienna State Opera (Staatsoper).

 

Depuis 2009, Mihaela est aussi membre de l'Opéra National de Timisoara, l'un des plus prestigieux théâtres roumains, dans lequel elle a fait ses débuts, développant les rôles de son répertoire. Acclamée à la fois par le public et par les critiques, elle obtient l'opportunité de collaborer avec de grands chanteurs roumains ou étrangers, ainsi qu'avec d'illustres chefs d'orchestre, interprétant notamment les rôles de Mimi dans "la Bohème", Micaela dans "Carmen", Contessa dans "Les Noces de Figaro", Hanna Glavary dans "Die Lustige Witwe" et Rosalinda dans "Die Fledermaus".  
 

Durant la saison 2010/11, Mihaela ajoute à son répertoire les rôles de Musetta dans "La Bohème", et de Lauretta dans "Gianni Schicchi", sous la direction d'Alberto Rinaldi. D'autres grands rôles suivent, tels que Donna Anna dans "Don Giovanni".

 

Mihaela se produit aujourd'hui régulièrement dans les plus grands théâtres européens, notamment en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas, en Autriche, et en Allemagne. 


 

 

 

Gianluigi Gelmetti

Gianluigi Gelmetti a étudié la direction d'orchestre avec Franco Ferrara, Sergiu Celibidache et Hans Swarowsky.

Il est actuellement le directeur artistique et musical de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo. Il a travaillé à la Scala de Milan, à l'Opéra de Paris, au Metropolitan Opera, à l'Opéra de Vienne et plus récemment à Trieste (Italie) et à Liège (Belgique). Il a été directeur musical de l'Orchestre symphonique de la radio de Stuttgart et, à deux reprises, de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo.

  • Violon

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

L’Orchestre, à sa création en 1856, dénommé “l’Orchestre du Nouveau Cercle des Etrangers”, puis en 1958 “Orchestre National de l’Opéra de Monte-Carlo”, et enfin depuis 1980 “Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo”, occupe une place de choix dans le monde musical international.

 

Grâce à sa capacité de savoir conjuguer tradition et modernité, il joue un rôle de premier plan dans l’interprétation des œuvres symphoniques du grand répertoire, le renouveau des œuvres rares et contemporaines et la création lyrique et chorégraphique.

 

Depuis la fin du 19ème siècle, on ne compte plus le nombre de “Premières mondiales” créées à Monte-Carlo, et les grands compositeurs, tels que Massenet, Puccini, Ravel, Mascagni, Fauré, Franck, Honegger, Ibert, Lalo, Milhaud, Poulenc, Satie, ont trouvé dans l’Orchestre Philharmonique l’interprète idéal. Plus près de nous R. Rossellini, R. Liebermann, Ch. Chaynes, M. Constant, S. Rendine, R. Koering, S. Sciarrino. En collaboration avec le Printemps des Arts, des œuvres de G. Amy, Ph. Mainz, Ph. Hurel ont pu être enregistrées. La musique contemporaine a toujours été présente dans les saisons de l’OPMC, avec notamment, Henze, Dutilleux, Paart, Lutoslawski, Penderecki, Ligeti, Takemitsu et bien d’autres.

 

Se sont succédés, sous des appellations différentes, Chef permanent - Chef titulaire – Premier chef invité - Directeur Musical - Directeur Artistique et Musical, de 1856 à nos jours : Alexandre Hermann, Eusèbe Lucas, Léon Jehin, Louis Ganne, Marc César Scotto, Victor de Sabata, Paul Paray, Henri Tomasi, Louis Frémaux, Edouard van Remoortel, Igor Markevitch, Lovro von Matacic, Lawrence Foster, Gianluigi Gelmetti, James DePreist, Marek Janowski et Yakov Kreizberg.

 

Depuis la disparition de ce dernier, le poste est resté vacant, S.A.R. la Princesse de Hanovre avait souhaité, en mars 2012, faire appel à Maître Gianluigi Gelmetti pour assurer la mission de « chef référent » de l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Après dix mois d’une collaboration parfaite ponctuée de grands moments d’émotion, il a été décidé de confier les fonctions de Directeur Artistique et Musical de l’Orchestre à Maître Gelmetti.

 

Comme tous les orchestres internationaux de haut niveau, l’OPMC a atteint l’objectif de cent éléments, qui lui permet, non seulement, de jouer dans de bonnes conditions le répertoire symphonique, mais aussi de répondre à tous les besoins culturels qui se développent en Principauté.

 

L’automne 2010 a vu le lancement du label “OPMC Classics” de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Cinq disques, sous la direction de Yakov Kreizberg, ont été édités, avec des œuvres de Stravinsky, Rimsky-Korsakov, Ravel, Debussy, Moussorgsky, Chostakovitch et Mahler. Ces différents disques se sont vus décerner de nombreux prix par la presse musicale.

 

Placé sous la présidence de S.A.R. la Princesse de Hanovre, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo bénéficie du soutien et des encouragements de S.A.S. le Prince Albert II.

 

L’Orchestre, l’assurant de toute sa confiance et de toute son estime, poursuit dans la voie qui est la sienne : préserver son authenticité tout en se tournant résolument vers l’avenir, grâce à une politique dynamique qu’encourage le Gouvernement Princier et reprendre son engagement dans la vie de la Principauté.

 

L‘Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo bénéficie du soutien du Gouvernement Princier, de la Société des Bains de Mer, de la Compagnie Monégasque de Banque (CMB) et de l’Association des Amis de l’Orchestre.

Votre réaction