La Création du Monde / Rencontres Musicales Evian 2016

Rencontres Musicales d'Evian ClassicAll 100

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Darius Milhaud: La Création du Monde, ballet de Blaise Cendras
Maurice Ravel: Le Tombeau de Couperin
Darius Milhaud: Cinéma-Fantaisie d'après le Bœuf sur le Toit

Saburo Teshigarawa, chorégraphie et danse
Rihoko Sato, assistante à la chorégraphie et danse
Jan Spotak, Maria Chiara Mezzadri, danse
Renaud Capuçon, violon
Orchestre des Pays de Savoie
Nicolas Chalvin, direction

1919. Les rêves de l'humanité se sont effondrés. Les artistes ne trouvent plus dans l'art l'espor d'un monde meilleur. Le futur n'existe plus.

Chaque mouvement de la suite composée par Ravel est dédié à un ami tombé au front: l'ensemble est un hommage aux temps anciens - bien
qu'indissociable du langage ravélien, le Tombeau, dans sa version pour piano puis pour orchestre, s'inscrit dans la lignée de Couperin et Rameau.
Il fût porté à la scène par Balanchine en 1975.

Milhaud, lui, se tourne vers d'autres mondes: ceux explorés par Blaise Cendras, qui lui souffle l'idée d'un ballet à partir de son Anthologie nègre, et
ceux outre-Atlantique, où le jazz et le foxtrot lui font oublier nos tranchées dans des mythes originels et donx atemporels.

Il se tourne aussi vers l'absirde des années folles, dans une cinéma-fantaisie tirée d'une chanson brésilienne éponyme à laquelle il mêle le cirque
et le jazz, et destinée à accompagner, au violon et au piano, un film de Charlie Chaplin. Cocteau en fera ensuite le ballet qui inspira son nom
au fameux cabaret...

La Grange au Lac

Rencontres Musicales d'Evian

Les Rencontres musicales d'Évian sont un festival de musique de chambre à Évian-les-Bains. Créé en 19761 par Antoine Riboud, alors PDG du groupe Danone, et le chef d'orchestre Serge Zehnacker, il a longtemps été placé sous la direction du célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovich. Après plusieurs années d'interruption au début des années 2000, il est relancé en 2014 sous la direction artistique du Quatuor Modigliani.

Les concerts ont lieu à la Grange au Lac et au théâtre du Casino au sein de l'Evian Resort.

Dès sa création, le rendez-vous musical, d'abord intitulé Jeunes Musiciens sans Frontières, devient une référence parmi les mélomanes. En 1985, Mstislav Rostropovich, grand ami d'Antoine Riboud, est nommé président du festival. Il y invite les plus grandes phalanges et les plus grands musiciens de la scène internationale, et donne à l'événement une envergure majeure.

En 1977, Serge Zehnacker crée le célèbre Concours international de quatuor à cordes ; dirigé à partir de 1988 par Alain Meunier, il quitte Évian pour Bordeaux dix ans plus tard.

En 1993, Antoine Riboud offre à Mstislav Rostropovich une salle à la hauteur du festival : la Grange au Lac. Construite par l'architecte Patrick Bouchain et dotée d'une acoustique exceptionnelle (cabinet BAOS), la Grange au Lac, entre datcha russe et grange savoyarde, se situe au cœur du parc de l'Evian Resort, entre l'Hôtel Royal et l'Hôtel Ermitage2.

À la suite de Serge Zehnacker et d'Hervé Corre de Valmalète, les directeurs des débuts, c'est la veuve de Pablo Casals, Marta Casals Istomin, qui prend la direction du festival à partir de 19913. La fille de Rostropovich, Elena Rostropovich, lui succède en 1998. Quelques années plus tard, son père quitte la présidence et le festival prend fin. Interrompues en 2001, les Rencontres laissent alors place aux Escales Musicales, trois journées de concerts à la Pentecôte. Sous la direction du chef d'orchestre Laurence Dale, le nouveau festival anime la vie évianaise pendant douze ans.
Les nouvelles Rencontres

En 2013, le Groupe Danone décide de relancer les RME4 et en confie la direction artistique au Quatuor Modigliani, avec l'ambition d'en faire un rendez-vous majeur dans le paysage des festivals. La nouvelle édition se consacre à la musique de chambre, du récital solo aux petites formations orchestrales. La première édition aura lieu du 58 au 14 juillet 2014 ; un festival OFF, des classes de maîtres et des conférences gravitent autour des quinze concerts.

Les nouvelles Rencontres musicales sont partenaires de la Maison des Arts Thonon-Évian, de la Ville d'Évian et de l'Académie musicale d'Evian.

  • Evian Resort BP8 74501Evian les Bains France
  • web

Saburo Teshigawara

Ce chorégraphe japonais a bouleversé la danse contemporaine par son style, ses oeuvres. Qui a un jour vu sur scène ce virtuose de la danse, ne peut qu’en avoir gardé un souvenir vif et une émotion toute aussi forte. Véritable ovni dans le paysage de la création contemporaine qui signe à la fois chorégraphie, scénographie, lumières et costumes de toutes ses pièces, Saburo Teshigawara développe une approche à la fois auditive, visuelle et plastique d’un spectacle.
Originaire de Tokyo, Saburo Teshigawara entame sa carrière de chorégraphe en 1981, après avoir étudié les arts plastiques et la danse classique. En 1985, il fonde Karas avec la danseuse Kei Miyata. Saburo Teshigawara s’intéresse aux différentes formes d’arts visuels. Pour chaque créations, il conçoit l’oeuvre dans sa globalité, aussi bien les costumes, les éclairages, le dispositif scénique que la chorégraphie. Parallèlement, il crée des installations, dont Double District ou Fragments of Time (2008), réalise des vidéos ( comme le remarqué T-Cityen 1993), participe à plusieurs films et met en scène les opéras Turandot de Puccini en 1999 ( coproduit par le Bunkamura, la Ville de Tokyo et le Festival international d’Édimbourg ), Didon et Énée d’Henry Purcell à la Fenice à Venise en 2010 et Acis et Galatée de Georg Friedrich Haendel pour le Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence 2011. Son intérêt pour la musique et ses recherches sur l’espace le conduisent à monter des oeuvres in situ. Ainsi en 1992, il crée Noiject, association de noise («bruit ») et object («objet ») dans un entrepôt désaffecté, puis In: Edit (1996), dans une centrale électrique. En 1999, il présente Triad à la Hayward Gallery et en 2002, Oxygen, dans un marché au bétail à Schwaz, Autriche, et à Bolzano, en Italie. Il dirige également des ateliers permanents au studio de Karas à Tokyo, dans lesquels il encourage et inspire de nombreux jeunes danseurs. En 1995, il lance à Londres un projet pédagogique appelé STEP (Saburo Teshigawara Education Project ), avec plusieurs partenaires britanniques. En 2004, le Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative lui demande d’être l’un de ses mentors pour travailler pendant un an avec un jeune danseur de son choix. Depuis 2006, Saburo Teshigawara est professeur au Department of Expression Studies de l’Université St Paul’s (Rikkyo ) au Japon. En juillet 2013, il ouvre son propre espace de création, Karas Apparatus, à Tokyo, qui propose ateliers, spectacles et autres événements.

Renaud Capuçon

Né à Chambéry en 1976, Renaud Capuçon étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Gérard Poulet et Veda Reynolds, puis avec Thomas Brandis à Berlin et Isaac Stern. En 1998 Claudio Abbado le choisit comme Konzertmeister du Gustav Mahler Jugendorchester ce qui lui permet de parfaire son éducation musicale avec Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Moest. En 2000 il est nommé « Rising Star » et « Nouveau talent de l’Année » aux Victoires de la Musique puis « Soliste instrumental de l’année » en 2005. En 2006, Prix Georges Enesco décerné par la Sacem.

Renaud Capuçon collabore avec les plus grands chefs et les orchestres les plus prestigieux du monde comme le Philharmonique de Berlin avec Bernard Haitink ou David Robertson, Los Angeles Philharmonic avec Gustavo Dudamel et Andris Nelsons, Orchestre de Paris avec Wolfgang Sawallish ou Christoph Eschenbach, Orchestre Philharmonique de Radio France avec Myung-Whun Chung, Chamber Orchestra of Europe avec Semyon Bychkov, Philadelphia Orchestra avec Charles Dutoit, Gewandhaus Orchester avec Kurt Masur, Staatskapelle de Dresde avec Daniel Harding, State Academic Symphony Orchestra of Russia de Moscou avec Vladimir Yurowsky, Scottish Chamber Orchestra avec Robin Ticciati, Orchestre du Capitole de Toulouse avec Tugan Sokhiev…

Les moments forts de la saison 2012/13 seront : Chicago Symphony Orchestra avec Bernard Haitink, Los Angeles Philharmonic avec Daniel Harding, Boston Symphony avec Christoph von Dohnanyi, Philharmonia Orchestra avec Juraj Valculha, Seoul Philharmonic avec Myung-Whun Chung, Chamber Orchestra of Europe avec Yannick Nezet-Seguin, WDR Cologne avec Jukka Pekka Saraste, Orchestre National de France avec Daniele Gatti…

Il donnera la Création mondiale du Concerto pour violon de Pascal Dusapin avec le WDR Cologne, ainsi qu’un cycle de musique de chambre Brahms/Fauré de 5 concerts au Musikverein à Vienne. Parution d’un disque des Concertos de Brahms et Berg avec le Wiener Philharmoniker dirigé par Daniel Harding.

Il est fondateur et directeur artistique du Festival de Pâques d’Aix en Provence..

Passionné de musique de chambre, il a fondé les Rencontres de Musique de Chambre de Bel-Air qu’il a dirigé de 1996 à 2010.

Renaud Capuçon joue le Guarneri del Gesù « Panette » (1737) qui a appartenu à Isaac Stern, acheté pour lui par la Banque Suisse Italienne (BSI).

Nicolas Chalvin

La carrière de Nicolas Chalvin commence au sein de grandes formations symphoniques, notamment à l’Orchestre national de Lyon et à l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg.

Riche de son expérience de musicien d’orchestre, sa rencontre avec Armin Jordan marque un tournant décisif dans son parcours musical et on le retrouve très vite à la direction musicale de productions lyriques et chorégraphiques au Grand Théâtre de Genève, à l’Opéra de Lausanne ou encore à l’Opernhaus de Zürich. Il collabore également avec de grands orchestres français et étrangers (Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre São Carlo de Lisbonne, Orchestre national d’Île-de-France, Orchestre national de Lyon entre autres).

Directeur musical de l’Orchestre des Pays de Savoie depuis 2009, Nicolas Chalvin parcourt avec aisance le répertoire pour orchestre, des premiers classiques aux œuvres les plus récentes, chérissant particulièrement la musique française.

Menant l’Orchestre des Pays de Savoie sur les grandes scènes musicales, sa curiosité et sa créativité permettent à l’orchestre d’explorer toute la diversité du répertoire et de s’investir dans des projets musicaux d’envergure (Festival Berlioz à la Côte-Saint-André, Musique à la Grange au Lac à Évian…).

Son goût pour la recherche de répertoires oubliés l’a amené à enregistrer plusieurs œuvres avec le label Timpani dont Reynaldo Hahn (2015) et Aucassin et Nicolette de Paul Le Flem (2011) ou encore Sophie Arnould de Gabriel Pierné, opéra salué par la critique et nominé aux BBC Awards en 2008.

En 2015, Nicolas Chalvin est promu Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Orchestre des Pays de Savoie

Depuis sa fondation en 1984, l’Orchestre des Pays de Savoie a pour vocation de se produire, non pas dans un lieu de concert unique, mais sur l’ensemble des scènes de la région Auvergne Rhône-Alpes, ainsi que dans les salles de concert les plus prestigieuses. De Boëge à l’Auditorium de Lyon, de Lanslebourg à la Salle Gaveau à Paris, de la Grange au Lac à Évian au Victoria Hall de Genève ou encore la salle Tchaïkovski à Moscou, ce sont ainsi des milliers d’auditeurs qui vibrent au rythme de la musique classique lors de plus de 80 concerts chaque année.

Sa disponibilité, son rayonnement et son engagement artistique font également de l’Orchestre des Pays de Savoie l’invité privilégié de nombreux festivals d’été, tels le Festival Berlioz à la Côte-Saint-André, les Rencontres Musicales d’Évian, les Arts Jaillissants à Montsapey, les estivales du Château de Clermont.

Sous l’impulsion de Nicolas Chalvin depuis 2009, l’orchestre aborde un répertoire varié, de Bach aux créations les plus contemporaines. Il joue avec la complicité de solistes et chanteurs internationaux (François-Frédéric Guy, Renaud Capuçon, Tedi Papavrami, Anne Gastinel, ou encore avec Sophie Karthäuser, Karine Deshayes ou Marianna Pizzolato), n’hésitant pas à étoffer ses couleurs orchestrales en collaborant avec d’autres ensembles tels L’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse ou les Chœurs et Solistes de Lyon.

Tous animés par le désir de transmettre leur passion musicale, les 23 musiciens permanents (19 cordes, 2 hautbois, 2 cors) s’investissent également dans leur mission pédagogique lors de multiples concerts et actions de sensibilisation, que ce soit dans les écoles de musique, les maisons de retraite, en milieu scolaire, carcéral ou hospitalier.

Volontairement tourné vers l’avenir, l’Orchestre des Pays de Savoie s’illustre par ailleurs au gré d’événements et de concerts innovants, qui élargissent les frontières du genre, tels le concert au sommet du Mont-Blanc, les moments musicaux autour de l’œnologie et de la gastronomie ou encore sa participation au livre-disque Un jour au concert avec les Bidochon, qui mêle humour et musique classique.

Les liens privilégiés qu’il crée avec ses spectateurs, ce profond attachement territorial, sa démarche novatrice permettent à l’Orchestre des Pays de Savoie de fédérer autour de lui les entreprises de la région à travers son Club d’entreprises mécènes Amadeus et tous les passionnés de musique grâce à son Cercle des Amis.

Votre réaction