Dmitri Shostakovich / The Golden Age

Théâtre Bolchoï ClassicAll 1

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Dmitri Shostakovich: The Golden Age
Ballet en deux actes
Livret de Yuri Grigorovich et Isaak Glikman

Chorégraphie: Yuri Grigorovich
Décors et costumes: Simon Virsaladze
Création lumières: Mikhail Sokolov

Direction musicale:Pavel Klinichev

Rita: Ekaterina Krysanova

Boris: Vladislav Lantratov

Yashka: Vitaly BiktimirovLyuska: Vyacheslav Lopatin

Young fishermen: Alexei Putintsev, Egor Sharkov, Daria Bochkova, Anastasia Gubanova, Xenia Kern, Diana Kosyreva, Svetlana Pavlova, Nikita Kapustin, Mikhail Kryuchkov, Artur Mkrtchyan, Maxim Oppengeym, Anton Savichev

General: Alexander Vodopetov

Two drunk Nepmen: Yuri Ostrovsky, Roman Simachev

Billiard marker: Alexei Matrakhov

Two young couples: Ana Turazashvili, Victoria Yakusheva, Dmitry Efremov, Egor Khromushin

Sailor: Alexei Tedeyev

Newspaper vendor: Alexander Smoliyaninov

Homeless child: Nina Biryukova

Cigarette girl: Xenia Sorokina

Bandits: Anna Balukova, Daria Gurevich, Elvina Ibraimova, Elena Panina, Yanina Parienko, Xenia Sorokina, Batyr Annadurdyev, Ivan Prazdnikov, Alexei Tedeyev, Evgeny Truposkiadi, Dmitri Zhuk

Nepmen,usual clientele of The Golden Age Restaurant: Anna Antropova, Kristina Karasyova, Tatiana Lazareva, Irina Semirechenskaya, Anastasia Vinokur, Nikita Elikarov, Alexander Fadeyechev, Arsen Karakozov, Egor Simachev, Andrei Sitnikov

Girls: Xenia Averina, Olga Barichka, Anastasia Denisova, Nina Golskaya, Sophia Lyubimova, Ilona Matsiy-Kiryushkina, Alexandra Rakitina, Vlada Zakharova, Ekaterina Zavadina

Waltz/ Tango: Nino Asatiani, Anna Baranova, Natalia Lomakina, Oxana Sharova, Maria Zharkova, Karim Abdullin, Ivan Filchev, Evgeny Golovin, Alexei Kostin, Vladislav Kozlov

Une ville balnéaire dans le sud de la Russie; les années 1920. C’était la période de la Nouvelle Politique Économique (NEP) qui permettait l'entreprise privée et le commerce et, par conséquent, les opérateurs louches et les petits criminels prospéraient. Le Golden Age Restaurant est leur lieu de prédilection - ici une jeune danseuse, Rita, qui apparaît sous le nom de Mademoiselle Margot, et son partenaire, Jacques, en fait Yashka, chef d'un gang local de bandits, divertit un public mixte de « bon vivants ». On célèbreYashka avec ses «soit-disant emplois» et ses copains bandits ainsi que son ami, Lyuska.
Pendant la fête de la ville et la réjouissance générale, Boris, un jeune pêcheur, membre du théâtre satirique agitprop pour les jeunes travailleurs, rencontre Rita. Ils commencent à tomber amoureux. Mais, soudainement, Rita disparaît dans la foule, Boris se précipite après elle. La recherche de Boris l'amène au restaurant Golden Age. À sa grande surprise, il reconnaît la danseuse Mademoiselle Margot en Rita, la fille qu'il cherche.
Boris et Yashka se disputent Rita. Elle est attirée par les deux jeunes hommes, par la sincérité et la profondeur de leurs sentiments pour elle. Les jeunes amis pêcheurs de Boris commencent une bagarre avec des membres de la bande de bandits. Yashka essaie de s'enfuir, mais il est pris. Rita est libre: quittant le restaurant pour toujours, elle part avec son bien-aimé Boris pour commencer une nouvelle vie.

Acte I
Scène 1
La fête de la ville. Parmi la foule de fêtards: Rita. Le spectacle du théâtre agitprop des jeunes travailleurs commence. Les acteurs sont de jeunes pêcheurs, dont Boris. Rita et Boris apprennent à se connaître lorsque la première disparaît soudainement. Boris part à sa poursuite.

Scène 2
Sa recherche de Rita amène Boris au restaurant Golden Age, qui est rempli de « Nepmen » . Un spectacle est en cours au centre duquel où se trouvent les stars de la salle, Mademoiselle Margot et Monsieur Jacques. À son grand étonnement, Boris reconnaît Mademoiselle Margot comme la fille qu'il cherche. Leurs retrouvailles joyeuses ne passent pas inaperçues pour Jacques.

Scène 3
La bande de bandits, dirigée par Jacques-Yashka, est d'accord sur leur prochaine «expédition». Lyuska attire deux Nepmen ivres, que les bandits attaquent et volent.

Scène 4
De retour au restaurant sous ses traits d'artiste, Monsieur Jacques aperçoit Boris et Rita dansant. Il se querelle avec Boris. Rita se jette entre eux.

Scène 5
Boris et Rita restent seuls. Ils déclarent leur amour.

Acte II
Scène 6
Peu habitué à la défaite, Monsier Jacques tente de reprendre Rita, mais elle rejette ses avances et s'enfuit.

Scène 7
Dans leur repaire, les bandits «vivent». Yashka les incite à entreprendre un nouveau «travail». Il est furieux d'être rejeté par Rita et désire se venger.

Scène 8
Les pêcheurs sont au travail sur le bord de la mer. Rita est à la recherche de Boris. Le couple d'amoureux est laissé seul. La bande de bandits apparaît soudainement et entoure les deux jeunes gens. Les camarades de Yashka se jettent sur Boris qui est en infériorité numérique. Rita s'en va chercher de l'aide. Des amis viennent à la rescousse et, avec Boris, ils poursuivent les bandits.

Scène 9
Au restaurant, la clientèle habituelle des Nepmen se détend. Les pensées de Rita sont pour Boris. Elle trouve l'atmosphère du restaurant insupportablement oppressante.

Scène 10
Rita décide de quitter définitivement le Golden Age Restaurant. Mais M. Jacques lui barre le chemin, exigeant son amour. Lyuska surprend leur conversation. Ivre de jalousie, elle se jette avec un couteau sur Yashka: l la tue.

Scène 11
Saisissant Rita en otage, Yashka tente de s'enfuir. Il est attrapé par Boris et Rita est libérée. Rita et Boris sont ravis de se retrouver ensemble: ils seront désormais séparables. Leur joie est partagée par leurs amis pêcheurs.

 

Théâtre Bolchoï

Le théâtre Bolchoï (en russe : Большой Театр, Bolchoï Téatr, « Grand Théâtre ») est une scène prestigieuse de Moscou, en Russie. Situé non loin du Kremlin, des pièces de théâtre, des opéras et des ballets y sont représentés.

Le théâtre Bolchoï, rénové plusieurs fois depuis sa construction, est un symbole de Moscou et de la Russie (son image néoclassique étant exposée sur le billet russe de 100 roubles). Le 28 octobre 2011, après six ans de travaux de rénovation pour un coût de 21 milliards de roubles (environ 530 millions d'euros), le Bolchoï rouvre ses portes.

La troupe du Bolchoï est fondée en 1776 par le prince Pierre Ouroussoff et Mikhaïl Medoks. Au commencement, la compagnie donnait des spectacles dans des lieux privés, mais en 1780 elle acquit le théâtre Petrovsky et commence à produire des pièces et des opéras. Dès ses débuts, le théâtre du Bolchoï accueille à domicile sa compagnie de ballet.

Le bâtiment a été construit en 1825 sur l'emplacement du théâtre Petrovsky, ravagé par un incendie en 1805. Il a été conçu par l'architecte Joseph Beauvais, qui avait également bâti le théâtre Maly un an avant. Il a été surnommé « Bolchoï » (grand théâtre) pour le distinguer du Maly (petit théâtre). Le théâtre est inauguré le 18 janvier 1825. Il présentait d'abord uniquement des spectacles russes, mais à partir de 1840, de nombreux compositeurs étrangers ont contribué à étendre son répertoire. Il est à nouveau ravagé par un incendie en 1853, puis reconstruit à l’identique en 1856.

Le Bolchoï a été le lieu de nombreuses premières historiques, dont, le 4 mars 1877, le célèbre ballet Le Lac des cygnes de Tchaïkovski ou encore des compositions de Rachmaninov. Cependant, durant cette période (fin des années 1870), le Bolchoï n'est pas encore la scène prestigieuse qu'il deviendra au XXe siècle et les spectacles proposés souffrent de la comparaison avec ceux du Mariinski de Saint-Pétersbourg. Le bâtiment, en revanche, reconstruit après l'incendie de 1853, est d'une splendeur sans égale et n'a rien à envier à son homologue pétersbourgeois3. Le 20 août 1856 a lieu l'inauguration officielle du Bolchoï. Le 16 décembre 1888, on y représente en avant-première Boris Godounov de Modeste Moussorgski.

Le 10 octobre 1901, on y représente La Pskovitaine de Nikolai Rimski-Korsakov, avec Fédor Chaliapine incarnant Ivan le Terrible. Le 28 février 1917, le statut de Théâtre Impérial est supprimé. La salle Beethoven est inaugurée le 18 février 1921. Le 1er février 1925, le théâtre fête son 100e anniversaire. En 1935, on y représente Lady Macbeth du district de Mtsensk de Dmitri Chostakovitch. En 1937, la compagnie reçoit l'ordre de Lénine.

Le Bolchoï est évacué pendant la Grande Guerre patriotique (1941-1945) au théâtre d'opéra et de ballet de Kouïbychev (aujourd'hui Samara). Samuel Samossoud y dirige en 1942 la première de la symphonie n° 7 de Chostakovitch dédiée à Léningrad assiégée.

En 1964, la direction de la troupe est confiée à Iouri Grigorovitch qui restera à ce post jusqu'en 1994. Il y adapte, en 1968, la nouvelle chorégraphie de Spartacus d'Aram Khatchatourian, avec Vladimir Vassiliev et Māris Liepa incarnant respectivement Spartacus et Crassus.

De juillet 2005 jusqu'à octobre 2011, le théâtre ferme pour cause de rénovation. Les travaux devaient prendre fin en février 2009, mais s'achèvent finalement le 28 octobre 2011. La cérémonie d'ouverture est rediffusée en direct sur de nombreuses chaînes de télévision et sur YouTube dans la même soirée. L'ensemble du théâtre, intérieur comme extérieur, a été rénové, notamment la façade qui, d'après une décision du conseil héraldique russe d'avril 2007, voit ses armoiries de l'URSS remplacées par celles de la Fédération de Russie.

À Saint-Pétersbourg, le théâtre Mariinsky, appelé Le Kirov pendant la période soviétique, est l'éternel rival du Théâtre Bolchoï : leurs danseurs sont formés différemment, ce qui a longtemps fait dire qu'il y avait deux écoles de danse en Russie - les danseurs du Bolchoï se devant d'être plus athlétiques et démonstratifs que ceux du Mariinsky, au travail plus axé sur le lyrisme et l'émotion. Toutefois, depuis l'implosion du bloc soviétique et l'ouverture sur l'Occident, ces différences tendent à s'estomper.

Iouri Grigorovich

Iouri Nikolaïevitch Grigorovitch (en russe : Григорович, Юрий Николаевич), né le 2 janvier 1927 à Léningrad (Union soviétique), est un danseur et chorégraphe soviétique et russe.

Iouri Grigorovitch naît dans une famille déjà familiarisée avec le monde du ballet : son oncle, George Rozaï, avait dansé au sein des Ballets russes de Serge Diaghilev et sa mère avait assisté aux mêmes cours de danse que l'étoile Marina Semionova.

Inscrit à l'Académie de ballet Vaganova, il est obligé de suivre l'ensemble de l'école à Perm, lorsque la Seconde Guerre mondiale oblige la structure à quitter Léningrad. Il tente de s'enfuir en canoë pour rejoindre le front, mais ses plans ayant été découverts, il retourne en cours. Il est diplômé en 1946.

Il est engagé au Kirov — qu'il ne quittera qu'en 1962 —, et gravit les échelons hiérarchiques jusqu'au grade de danseur étoile. Il s'intéresse à la chorégraphie dès 1956, date à laquelle il réalise un ballet sur une musique de Mikhaïl Glinka pour l'Académie Vaganova. Mais la consécration vient l'année suivante, avec La Fleur de pierre (musique de Serge Prokofiev). La première a lieu le 27 avril 1957 et le succès est immédiat.

Par la suite, Iouri Grigorovitch recrée les chorégraphies de plusieurs ballets célèbres, tels Casse-Noisette, Le Lac des cygnes, La Bayadère, Don Quichotte, La Belle au bois dormant. Il se consacre également à un travail plus contemporain, avec des œuvres comme La Légende de l'amour, Spartacus ou encore L'Âge d'or. Ses versions de ballets sont reprises à Stockholm, Sofia, Paris, Vienne, Copenhague, Milan, Varsovie, Istanbul, Séoul...

Directeur du Ballet du Théâtre Bolchoï de 1964 à 1994 (détenant ainsi un record de longévité en poste), il assure le rayonnement de la compagnie à l'étranger et fait connaître au grand public des danseurs comme Natalia Bessmertnova, qui deviendra sa femme, et le fameux couple formé par Ekaterina Maximova et Vladimir Vassiliev. Il crée sa propre compagnie en 1996 à Krasnodar, au sein de laquelle il convie de nombreux danseurs du Bolchoï et du Mariinsky. Après la mort de sa femme, en 2008, et le départ d'Alexeï Ratmansky, il reprend la fonction de directeur du Ballet du Bolchoï qu'il avait précédemment occupée. Sergueï Filine devient directeur artistique du ballet du Bolchoï en 2011.

En 1993, dès la mort de Rudolf Noureev, il avait créé en Russie le concours qui porte le nom du célèbre danseur ; il préside également de manière permanente le jury des Prix Benois de la danse, ainsi que le Concours international de danse de Moscou ou encore le Concours international de ballet de Varna.

  • Chorégraphe
  • web

Votre réaction