Ensemble Correspondances / Te Deum / Motets pour le Roy

Valetta Baroque Festival ClassicAll 253

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Marc-Antoine Charpentier: Motets pour les trépassés H311
Henry Dumont: Memorare o piissina Virgo Maria
Henry Dumont: O Mysterium
Henry Dumont: Sub umbra noctis
Henry Dumont: Super flumina Babylonis
Marc-Antoine Charpentier: In honorem sancti Ludovici H365
Henry Dumont: O dulcissima
Marc-Antoine Charpentier: Te Deum H146

Ensemble Correspondances
Sébastien Daucé, direction

L’Ensemble Correspondances, dirigé par Sébastien Daucé, également organiste et claveciniste, a fait de la musique baroque du XVIIe siècle, sa spécialité. Il a la belle ambition de faire revivre le répertoire de la musique ancienne, période créative, riche et foisonnante.
 
Dans le cadre du Valletta International Baroque Festival, événement en totale cohérence avec l’identité et l’architecture baroque de la ville, l’ensemble de musiciens et de chanteurs a choisi de nous faire découvrir des motets, compositions musicales d’une ou plusieurs voix écrits à partir d’un texte, sacré ou profane. Il interprète le Te Deum composé par Marc-Antoine Charpentier, joué pour la première fois en 1699. Il s’agit d’une des œuvres de musique classique les plus jouées. Le prélude, air joyeux et populaire, est notamment utilisé comme hymne de l’Eurovision. Le Te deum sera précédé de motets de Henry du Mont organiste et compositeur de musique baroque flamand qui a notamment inspiré Lully, né en 1610 et mort en 1684.
 
Le concert proposé n’est pas l’unique spectacle ! La magnifique Cathédrale Saint-Jean de la Valette, commandée en 1572 par le Grand Maître de Malte, Jean de la Cassière, est un joyau de l’architecture baroque. La « tonalité joyeuse et martiale » du Te deum, comme la qualifiait Charpentier, s’accorde à merveille avec ce site historique construit pour les chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Sa façade sobre cache en son sein un trésor composé de dorures et de tableaux de grands maîtres tels que le Caravage ou Mattia Preti, désigné pour décorer l’édifice. Baptisée « Co-cathédrale », elle partage ce titre avec Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mdina, elle aussi édifiée à Malte.

Valetta Baroque Festival

Malte à l’heure baroque. A seulement 2h30 de Paris, l’archipel de Malte (Malte, Gozo, Comino) forme un joyau insulaire en Méditerranée qui en janvier accueille son festival international de musique baroque. Outre les délices musicaux à l’affiche, le festivalier est invité le temps de l’événement à goûter les ressources d’une île paradisiaque qui a bien compris que pour affirmer sa forte culture et son identité maritime, il convenait de donner rendez vous au monde entier par un festival de musique classique se déroulant dans la capitale de la Valette (La Vallette sera capitale européenne de la culture en 2018, en partenariat avec la ville danoise de Leeuwarden).

La programmation baroque s’appuie sur le riche patrimoine historique en accord avec la période musicale choisie. Pendant 2 semaines du 16 au 30 janvier 2016, la Valette renoue avec la splendeur d’une période artistiquement féconde et flamboyante qui est celle de la plupart de ses monuments. La réussite du Festival baroque de La Valette tient à l’interaction saisissante des concerts et des lieux qui les accueillent.

Sébastien Daucé

Organiste, claveciniste, Sébastien Daucé est animé par le désir de faire revivre un répertoire foisonnant et peu connu, celui de la musique sacrée et profane du XVIIe siècle français.

C’est pendant sa formation au département de musique ancienne du CNSM de Lyon qu’il rencontre les futurs membres de Correspondances. Il y bénéficie notamment de l’enseignement de Françoise Lengellé et d’Yves Reschteiner, en clavecin et basse continue. Sollicité comme continuiste, il joue sous la direction de Gabriel Garrido (Ensemble Elyma et Académie Baroque d’Ambronay), Raphaël Pichon (Ensemble Pygmalion), Toni Ramon (Maîtrise de Radio France), Françoise Lasserre (Akademia), Geoffroy Jourdain (Les Cris de Paris), Harmut Henschen, Mikko Franck (Orchestre Philarmonique de Radio France). Chef de chant aux côtés de Kenneth Weiss lors des académies 2006 et 2007 du festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, il travaille également aux côtés d’Emmanuel Mandrin à l’Abbaye aux Dames de Saintes.

C’est en 2008 qu’il fonde Correspondances, réunissant auprès de lui chanteurs et instrumentistes épris du répertoire français sacré du Grand Siècle. Avec l’ensemble, qu’il dirige depuis le clavecin ou l’orgue, il parcourt la France et le monde, joue pour la radio et dans de prestigieux festivals (Ambronay, Pontoise, Sablé, Saintes, Utrecht), et effectue des tournées au Japon et en Colombie. Son exploration d’un répertoire peu joué, souvent inédit, aboutit à trois enregistrements avec Correspondances, salués par la critique : Diapason d’or, un ffff de Telerama, et un Choc de l’année de Classica, **** de fonoforum, IRR Outstanding.

Parallèlement à ses activités de musiciens, Sébastien Daucé enseigne depuis la rentrée 2012 au Pôle Supérieur de Paris. À son travail de pédagogue, il joint des activités de recherche : il ainsi est amené à publier aux Editions des Abbesses, en collaboration avec William Christie, trois opéras de Marc-Antoine Charpentier. Sébastien Daucé est également artiste associé de la Fondation Royaumont.

Ensemble Correspondances

L’ensemble Correspondances réunit chanteurs et instrumentistes sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé. Trouvant son nom dans la poésie baudelairienne, Correspondances tisse des liens entre la musique et les autres arts.

Depuis leur premier concert en 2009, l’ensemble lyonnais redécouvre des compositeurs à la renommée déjà confirmée tel Marc-Antoine Charpentier et revivifie l’image de musiciens peu connus aujourd’hui mais joués et plébiscités en leur temps, tels qu’Antoine Boësset ou Etienne Moulinié, dont les sonorités modernes nous touchent directement aujourd’hui.

Dès sa création, l’ensemble Correspondances se spécialise dans l’interprétation du répertoire français sacré du XVIIe siècle, comme en témoignent ses cinq premiers disques : « O Maria ! »  (Charpentier, Zig Zag Territoires 2010) cumule les récompenses de la presse spécialisée : Choc de Classica et Diapason découverte, Coup de cœur de l’Académie Charles Cros, **** de Fonoforum. Le deuxième opus de l’ensemble constitue la toute première anthologie sacrée d’Antoine Boësset (« L’Archange et le Lys », Zig-Zag Territoires, 2011). Fort de l’accueil enthousiaste réservé à cet album, le troisième enregistrement de Correspondances paraît en octobre 2013 chez Harmonia Mundi et renoue avec Charpentier : il est salué par un Diapason d’or, un ffff de Telerama, et un Choc de l’année de Classica, **** de fonoforum, IRR Outstanding, et la presse française (Libération, La Croix, L’Express) y voit « l’une des merveilles automnales ». Le quatrième album redécouvre l’œuvre d’Etienne Moulinié (Choc de Classica, 5 diapasons, Editor’s Choice Gramophone, Grand prix Académie Charles Cros). En mars 2015, Correspondances sort avec Sophie Karthäuser les « Leçons de Ténèbres » de Delalande (ffff de Télérama, Choc de Classica, Diapason d’Or). A l’automne 2015, le «Concert royal de la nuit » paraîtra chez Harmonia Mundi. Fruit d’un travail de recherche de Sébastien Daucé de trois années pour redécouvrir ce moment musical majeur du 17ème siècle, ce sixième disque ouvre le répertoire de l’ensemble au registre profane, français et italien.

L’ensemble Correspondances se produit au niveau national comme international : Il est l’invité des festivals de Saintes, de Sablé, d’Ambronay, de Lanvellec, de Pontoise, OudeMuziek Utrecht, Sinfonia en Périgord, et Musique et Mémoire, où il a été résident. L’ensemble donne également des concerts pour la radio française (Radio France), suisse (Radio Suisse Romande) et allemande (Bayerischer Rundfunk, NDR). Ses concerts le conduisent ponctuellement en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, et en Suisse ; ainsi qu’au Japon et en Colombie pour des tournées. Correspondances a été en résidence pour 3 années (2011-2013) au festival Musique & Mémoire, avec le soutien de la DRAC Franche-Comté.

Il est associé au Centre culturel de rencontre d’Ambronay pour la période 2015-2017. Il est également en résidence au Théâtre de Caen à partir de 2016.

2015 sera l’occasion pour l’ensemble de se produire entre autres à l’Opéra Royal de Versailles, à l’Auditorium du Louvre, au Wigmore Hall, aux festivals d’Ambronay auquel il est associé, de Saintes, de la Chaise-Dieu, du MA Festival de Bruges, d’Oude Muziek en Belgique et aux Pays-Bas.

Votre réaction