Vivre vite – Hériter/Mériter

Chapelle du Verbe Incarné Dramateek 9

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Vivre vite – Hériter/Mériter
Conception et mise en scène: Ricardo Lopez Munoz

Avec Emmelyne Octavie et Yokiendy Siffrard

Conception dramaturgique: Bruno Allain
Création sonore: Guillaume Feyler
Création vidéo et régie générale: Michaël Creusy

C’est l’histoire de deux itinéraires en Guyane, territoire de la République française et de l’Europe, en Amérique du Sud. La plus grande région de France, où de nombreuses communautés vivent côte à côte, dans des tensions, héritées de l’Histoire. L’un et l’autre nous parlent de leur rapport au territoire, à travers la place d’immigré d’un créole haïtien et celle de native d’une créole guyanaise.

Un dialogue construit à partir d’eux-mêmes et des moments de monologues où, équipé d’un casque, le spectateur plonge dans un parcours intime, fragments d’histoire de vie, chacun expérimentant sa propre écoute. Un spectacle performatif. Une actualité, une réalité guyanaise.

Chapelle du Verbe Incarné

Le théâtre de la Chapelle du Verbe Incarné accueille des artistes ultra-marins en Avignon. Théâtre, danse, musique, exposition, performances… Il fêtait la 20e édition des Théâtres d'Outre-Mer en Avignon en 2017 !

"Le premier théâtre que chacun se joue est à vrai dire celui de son lieu, qu'il met en relation avec les lieux du monde : l'imagé des pays et des villes et des déserts et des brousses, les obscurs de tant d'histoires…" L'histoire de la Chapelle du Verbe Incarné, à partir du moment où elle a commencé d'être un lieu de théâtre, confirme un tel cheminement, et consacre un tel passage, de l'invitation à la Relation, à la présence de la diversité, au chant du monde. Nous faisons nôtres ces quelques lignes que nous avait adressées Édouard Glissant. Nous aimons les territoires d'ouverture. Nous aimons les incertitudes que procurent les rencontres. Depuis 20 ans, en recevant les créateurs venus de loin jusqu'en cet Avignon qui bouscule et s'insurge, nous déposons nos paysages.

En incluant les créateurs d’outre-mer dans le concert culturel national, l’enjeu est de permettre que l’identité culturelle soit reconnue comme un élément de la richesse culturelle de la France d’aujourd’hui, et non comme un motif d’exclusion explicite ou implicite.
L’autre enjeu est de susciter chez les populations ultra-marines des Dom et de France, un nouvel esprit d’appartenance et donc tout naturellement de citoyenneté active.

En 1997, Greg Germain Président de l’Association CINéDOM+, et Marie-Pierre Bousquet, directrice de la Société de Production Axe Sud, décident ensemble une initiative citoyenne orientée vers le Spectacle Vivant, destinée à faciliter la connaissance et la diffusion des spectacles produits en Outre-Mer et dans la Diaspora. Ils rencontrent Mme Marie-Josée Roig, Maire d’Avignon et lui présentent leur projet: utiliser pendant le festival un lieu permettant d’accueillir les créateurs de ces régions ultra-périphériques.

Le TOMA (Théâtres d’Outre-Mer en Avignon) est créé au festival 1998. En Décembre 2000, une convention pérenne est signée.

Le lieu est appelé à devenir un véritable Centre de Ressources pour l’outre-mer, avec possibilité de résidence de création en mai/juin du spectacle présenté au festival en Juillet. Dans un vrai souci de maillage culturel interrégional, des ateliers composés d’acteurs professionnels, semi-professionnels ou amateurs de PACA seront constitués autour des spectacles créés pendant ces résidences. Ce spectacle  » régional  » pourra être joué à la Chapelle (hors festival) et dans les quartiers.

Devenu un véritable In dans le festival off, le TOMA :

• Permet aux artistes, de rencontrer dans un lieu d’échange et de libre expression, d’autres artistes partageant les mêmes problématiques.
• Fait connaître la diversité des théâtres de langue française et crée des liens par la confrontation et l’exigence des regards croisés.
• Instaure parmi les opérateurs du Théâtre dans l’hexagone une réelle prise en compte des compagnies de l’Outre-Mer en les intégrant aux circuits de diffusion nationaux.
• Impulse un maillage culturel interrégional.

Théâtre de l'Entonnoir

Le théâtre de l'Entonnoir, créé en 2001 en Guyane, est basé à Kourou, ville spatiale européenne au coeur de l'Amazonie.
Le travail mené vise à proposer une création professionnelle par an.

Ces créations interrogent les diverses aspects de la multiculturalité en Guyane, ou de la menace d'acculturation de la jeunesse.
Nous tentons de réinterroger les fondements de notre culture et de voir comment peut evoluer notre territoire. En parallèle,  le théâtre de l'Entonnoir propose aussi chaque année le programme VIVRE ET DIRE SON QUARTIER, pour la jeunesse : en allant vers la jeunesse avec des artistes, en proposant des temps de réflexion et de création, nous permettons aux jeunes de proposer leur regard dans un spectacle annuel : plus de 100 jeunes montent sur scène et montrent que l'art est bien vivant, que leur implication est totale, et leur travail puissant et fédérateur.

Votre réaction