Kamlahari, l'enfance volée du Népal

Cinefeel 222

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Ecrit et réalisé par Christoph Schwaiger et Nathalie Engelhardt-Schwaiger
Durée: 52.23

Dans certaines régions du Népal, les paysans les plus pauvres en viennent à vendre leurs filles comme esclaves. Ces enfants, les Kamlahari, sont envoyées pour travailler en tant qu’employées de maison dans des ménages aisés.

Aujourd’hui encore, l’esclavage subsiste bel et bien dans certaines parties du monde – et les victimes en sont généralement les plus vulnérables : de toutes jeunes filles. Loin des routes de trekking prisées des touristes, dans les plaines de la région du Teraï au sud-ouest du Népal, les paysans les plus pauvres en viennent à vendre leurs filles comme esclaves. Ces enfants, les Kamlahari, sont envoyées pour travailler en tant qu’employées de maison dans des ménages aisés. Privées de leur enfance, de leurs proches et d’éducation, elles sont condamnées par les traditions à servir de main d’œuvre bon marché, parfois dès l’âge de cinq ans. En tout, des milliers de jeunes filles sont ainsi asservies, victimes de violences psychologique, physique et bien souvent sexuelles. Urmila Chaudari, aujourd’hui âgée de 23 ans, fut l’une d’entre elles. Tenue captive de six à dix-sept ans, elle est parvenue à accéder à l’instruction grâce à une association. Désormais engagée chez elle et à l’international, auteure d’une autobiographie, elle a décidé de se battre contre ces coutumes ancestrales.

Christoph Schwaiger

Réalisateur de documentaires et reportages, je suis accro aux voyages. Après avoir vécu dans 5 pays je me suis installé à Paris en 2001.

J'aime les projets engagés dans le domaine de l'environnement et de l'humanitaire, même si cela signifie souvent des tournages difficiles avec peu de moyens et de temps. Le prix de ce choix est que je suis parfois forcé de travaiiler seul où en équipe réduite et me retrouve réalisateur, cadreur, ingénieur son, monteur et graphiste à tour de rôle.

J'ai collaboré avec Greenpeace, Plan International, Blue Legacy - la fondation d' Alexandra Cousteau, Canal +, Arte et France 2 entre autres.

Votre réaction