La Sagesse des Abeilles

Cinefeel 26

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Documentaire autour du spectacle monté à la Comédie de Caen par Jean Lambert-Wild et Michel Onfray
Réalisé par Antoine Laguerre
Durée: 50.28


La Sagesse des abeilles
Première leçon de Démocrite

La Sagesse des abeilles commence sur la tombe d'un père mort et se termine dans les astres, en passant par un trajet vers l'étoile polaire, une naissance dans un quartier de bœuf décomposé, une réincarnation d'hommes doux, l'âme d'un mort comme condition de possibilité de l'éloquence d'un fils, une méditation sur le cosmos et les figures du destin, une anti-fable des abeilles, une cérémonie orgiaque destinée à des initiés, des libations en l'honneur des solstices, une célébration des républiques de ces mouches à miel, une généalogie du mal, une leçon donnée par un essaim…
Sur le mode lyrique et poétique, ce texte prend place, après Le Recours aux forêts, comme la première leçon d'un Démocrite ayant commencé à scruter le ciel pour y trouver les leçons données par le cosmos aux hommes. Cette sagesse donnée par les abeilles invite au surhumain – qui est tout simplement connaissance du rôle architectonique de la volonté de puissance, amour de ce savoir et, de ce fait, obtention d'une jubilation qui sauve du nihilisme.

Michel Onfray

Avec La Sagesse des abeilles, c'est un essaim bien vivant que Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Michel Onfray, Lorenzo Malaguerra et François Royet comptent placer sur la scène. Et ils nous proposent de prendre conscience du deuil qu'il nous faudra porter si les abeilles continuaient à disparaître. Cette amnésie qui fait perdre aux abeilles le chemin de la ruche, les laissant mourir hors de chez elles, fait écho à l'amnésie qui frappe les hommes, aujourd'hui souvent bien en peine quand il s'agit de «converser» avec un monde qu'ils habitent sans plus le contempler.
Pour initier cette conversation, ils nous proposent plusieurs tactiques. Entreprendre une «pollinisation poétique» auprès des habitants des villes qui accueilleront le spectacle. Collecter en images mobiles les visages de ces gens, supports et souvenirs d'une humanité qui se densifiera au fil des représentations autour de la figure d'un Dionysos, abandonné à la contemplation des abeilles mais qui par elle se laisse dévorer. Habiter la scène de phénomènes magiques, pour que paraisse la poésie escamotée sous le courant du monde. Ou encore faire entendre quand elle s'accorde à La Voix des abeilles, La Voix des hommes, dans une version concert par le chœur de ses poètes-interpètes.
Afin d'essaimer, Jean Lambert-wild a bâti sa ruche. Mais dans celle-ci, pas de reine, et c'est donc accompagné de Jean-Luc Therminarias, de Lorenzo Malaguerra et de François Royet qu'il s'attachera à mettre ces «actrices» en scène. Quant au texte, il est confié à Michel Onfray, qui signe ainsi sa deuxième collaboration avec Jean Lambert-wild après Le Recours aux forêts, dont le premier mouvement était déjà toute empli du bruissement des insectes.
Mais comment faire travailler dans le même espace les hommes et les abeilles ? La solution imaginée promet d'être surprenante, et de nous rendre au monde tout emplis du vrombissement d'abeilles qui tourbillonneraient en nous et en-dehors de nous comme les atomes rêvés par Démocrite, nous laissant les oreilles bourdonnantes du murmure de la conversation de l'homme avec le monde, et de l'homme avec lui-même.

Jean Lambert-Wild

Né en 1972 à l’île de la Réunion
Licencié de philosophie à l’université Lyon III

Pour Jean Lambert-wild, le théâtre est par essence un art multi «médium», le lieu où les signes de toutes les disciplines peuvent s’exprimer et faire sens. Il constitue pour chacun de ses projets un phalanstère de création en convoquant autour de lui des identités fortes et diverses dont les rencontres bouleversent les codes de narration et de représentations. Il place au cœur de ses créations la mise en réseau de compétences artistiques, techniques, scientifiques ou universitaires afin d’explorer de nouvelles perspectives pour le théâtre et l’écriture scénique.

Jean Lambert-wild commence son parcours artistique comme assistant de Michel Dubois, Jean-Yves Lazennec, Matthias Langhoff et Philippe Goyard.

Avec Grande Lessive de printemps en 1990, il ouvre la construction de son Hypogée, œuvre complexe qu’il écrit et dirige sur scène composée de trois confessions, trois mélopées, trois épopées, deux exclusions, un dithyrambe et 326 Calentures. Il y constitue d’année en année une autobiographie fantasmée. Ses Calentures, petites formes performatives (de 15 à 45 minutes), questionnent l’espace théâtral. L’illusion et la magie y tiennent une place importante. Elles sont les fureurs poétiques que traverse son clown en pyjama rayé.
En 1999, son spectacle Splendeur et Lassitude du Capitaine Marion Déperrier - Épopée en deux Époques et une Rupture marque le début d’une longue collaboration avec Henri Taquet et le Granit-scène nationale de Belfort. Il y est artiste associé de 2000 à 2006. Pour développer son projet, il fonde avec le compositeur Jean-Luc Therminarias la Coopérative 326. Il en sera le directeur artistique jusqu’en 2006. Depuis 2007, Jean Lambert-wild dirige la Comédie de Caen-Centre Dramatique National de Normandie. Centre de création et de production, la Comédie de Caen crée et diffuse des spectacles au rayonnement national et international et accompagne au travers de son projet artistique des compagnies théâtrales indépendantes françaises et étrangères.

Ses origines créoles, ses nombreux voyages en Europe, en Afrique, en Amérique et en Asie ont dessiné plusieurs de ses projets (résidences, étapes de travail, invitations dans des festivals ou théâtres en Norvège, Hongrie, Danemark, Italie, Allemagne, Belgique, Suisse, aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil, en Corée du Sud, au Japon, en Chine…).

Ses principales créations :
1999 : Splendeur et lassitude du Capitaine Marion Déperrier - Épopée en deux Époques et une Rupture, spectacle créé au Granit scène nationale de Belfort / 2001 : Orgia de Pier Paolo Pasolini, un spectacle de Jean Lambert-wild et Jean-Luc Therminarias créé au Théâtre national de la Colline à Paris / 2001 : Le Terrier de Franz Kafka créé au Granit-scène nationale de Belfort / 2002 : Spaghetti’s Club, un spectacle de Jean Lambert-wild et Jean-Luc Therminarias créé à la filature scène nationale de Mulhouse et présenté notamment à la MC93 Bobigny après des étapes de travail en Bulgarie et à Berlin / 2002 : Ægri Somnia, Calenture créée à la piscine Georges Rigal à Paris par l’intermédiaire du Théâtre national de la Colline, et Le Mur, Calenture créée à l’Ircam / 2003 : Crise de nerfs - Parlez-moi d’amour - un spectacle de Jean Lambert-wild et Jean-Luc Therminarias créé au Festival d’Avignon 2003 / 2005 : Mue, un discours de Serebura, accompagné d’un rêve de Waëhipo junior et des mythes de la communauté Xavante d’Etênhiritipa créé au Festival d’Avignon 2005 après plusieurs étapes de travail et une tournée au Brésil / 2005 : My story is not a loft, Calenture créée au Festival d’Avignon 2005 / 2005 : Nous verrons bien, créé au Festival Contre-courant à Avignon / 2006 : Sade Songs une fable de Jean-Rémy Guédon, Stéphane Blanquet et Jean Lambert-wild créée à l’Allan-scène nationale de Montbéliard / 2006 : Faites-le taire !, Remember and don’t forget to play, Noyade et Chantons sous la mort, Calentures créées au Festival Les Escales Improbables à Montréal / 2007 : A Corps perdu et Arrêt sur Image créés dans la salle du petit Colombier de la Comédie Française / 2008 : Le Malheur de Job un spectacle de Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Dgiz, Jérôme Thomas et Martin Schwietzke, créé à la Comédie de Caen et présenté notamment à la MC93 Bobigny / 2009 : Ro-Oua ou le peuple des rois, créé au Festival Contre-courant à Avignon / 2009 : Le Recours aux forêts, un spectacle de Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Michel Onfray, Carolyn Carlson et François Royet, créé à la Comédie de Caen dans le cadre du festival Les Boréales / 2010 : Comment ai-je pu tenir là-dedans ? une fable de Stéphane Blanquet et Jean Lambert-wild, créée à la Comédie de Caen et présentée notamment au Festival d’Avignon / 2010 : La Mort d’Adam, un spectacle de Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, François Royet et Thierry Collet créé au Festival d’Avignon / 2010 / 2011 : L’Ombelle du trépassé, un spectacle de Jean Lambert-wild et Yann Fanch Kemener, créé à la Maison de la Poésie à Paris / 2012 : War Sweet War, un spectacle de Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Stéphane Blanquet et Juha Marsalo créé à la Comédie de Caen / 2012 : La Sagesse des abeilles, un spectacle de Jean Lambert-wild, Jean-Luc Therminarias, Michel Onfray, Lorenzo Malaguerra et François Royet, créé à la Comédie de Caen  / 2012 : Mon amoureux noueux pommier, une fable de Jean Lambert-wild et Stéphane Blanquet, créée au Théâtre National de Chaillot / 2013 : L’Armoire du diable, un spectacle de Jean  Lambert-wild avec les acteurs permanents du Théâtre National Hongrois créé à Budapest (Hongrie).

En préparation :
2014 : Splendeur et Lassitude du Capitaine Iwatani Isumi,  un spectacle de Jean Lambert-wild, Mishima San et Akihito Hirano, création au Spring Arts Festival Shizuoka & Spac (Shizuoka Performing Arts Center, Japon) / 2015  : Me in front of me d’après Richard III de Shakespeare un spectacle de Jean Lambert-wild, création à New York City et tournée en Amérique du Nord avec FuturPerfect, Nyc (USA).

Ses textes édités :
Splendeur et Lassitude du Capitaine Marion Déperrier - Éditions Les Solitaires Intempestifs 1998 / Crise de Nerfs - Parlez-moi d’amour - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2003 / Ægri Somnia - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2003 / Mue - Première Mélopée - un discours de Sereburã accompagné d’un rêve de Waëhipo junior et des mythes de la Communauté Xavante d’Etênhiritipa - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2005 / Se tenir debout - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2005 / Spectres de Printemps - Collection Nervium 2009 / Demain le Théâtre - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2009 / Comme disait mon père suivi de Ma mère ne disait rien - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2009 ; La Mort d’Adam - Éditions Les Solitaires Intempestifs 2010 / L’Ombelle du trépassé - Éditions Les Solitaires Intempestifs, première édition 2011, deuxième édition 2012 avec ajout d’un CD.

Discographie :
Drumlike – 326Music CD326001 / Spaghetti’s Club «Le point de vue de Lewis Caroll» – 326Music CD326005, Spaghetti’s Club «La Conclusion» – 326Music CD326009 / L’Ombelle du trépassé  – 326Music CD326013.

Votre réaction