András Schiff / Verbier Festival Chamber Orchestra

Verbier Festival ClassicAll 76

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791): Symphonie concertante pour violon et alto en mi bémol majeur K. 364
1. Allegro Maestoso
2. Andante
3. Presto

Robert Schumann (1810-1856): Märchenbilder pour alto et piano op.113
1. Nicht schnell
2. Lebhaft
3. Rasch
4. Langsam, mit melancholischem Ausdruck

Johannes Brahms (1833-1897): Sonate no.1 pour alto et piano op.120
1. Allegro amabile
2. Allegro appassionato avec Trio : Sostenuto
3. Andante con moto : Tema con variazona ; Allegro

Vilde Frang, violon
Tabea Zimmermann, alto

Verbier Festival Chamber Orchestra
András Schiff, piano et direction

La Symphonie concertante pour violon, alto et orchestre en mi bémol majeur, K. 364/320d est une symphonie concertante composée par Wolfgang Amadeus Mozart à la fin des années 1770.

Elle peut être considérée comme sa réalisation la plus réussie dans ce genre, hésitant entre la symphonie, le concerto et le concerto grosso, particulièrement prisé à Paris dans les années 1770. Mozart mêle habilement le timbre du violon à celui de l'alto.

Les complexes dynamiques orchestrales de la composition reflètent la maîtrise technique toujours croissante des orchestres européens de cette époque et sont fortement influencées par la visite du compositeur à la cour de Mannheim.

On suppose que l’œuvre était destinée au violoniste Ignaz Fränzl et que Mozart se réservait la partie d'alto. L'alto était alors considéré comme secondaire mais Mozart appréciait son timbre. Ses quatuors lui donnent une place nouvelle. Sa Symphonie concertante K.364 l'élève au niveau du violon. La tonalité de l'œuvre est mibémol majeur. La partition originale de l'alto est écrite en ré majeur, soit un demi-ton plus bas. L'alto étant donc accordé un demi-ton plus haut (Accorda un mezzo tono più alto), cela permet d'utiliser plus fréquemment les « cordes à vide ». C'est ce procédé qui permettait à l'époque à Mozart de conférer à l'alto une sonorité plus brillante, plus proche de celle du violon (et facilitait aussi, par la même occasion, l'exécution de la partie d'alto), afin d'obtenir un son plus clair, plus tendu, plus vigoureux. De nos jours, les altistes jouent la plupart du temps en mibémol majeur, ce qui donne à l'instrument une sonorité plus sombre, plus triste, plus romantique.
 

Les Märchenbilder1, op. 113 sont quatre pièces musicales pour alto et piano du compositeur allemand Robert Schumann (1810-1856).

Écrites en quatre jours, du premier au quatre mars 1851, c'est à son ami Joseph von Wasielewski (premier violon de l'orchestre de Düsseldorf, orchestre que dirigeait alors Schumann) que le compositeur les destinait. À cette époque en effet, nombreux étaient les violonistes, qui à l'image de Paganini, jouaient aussi bien du violon que de l'alto.

Éditées un an plus tard, elles furent créées encore un an après, en novembre 1853, par le dédicataire et la femme du compositeur au piano.

Premières pièces pour alto et piano à se libérer de la traditionnelle forme sonate, les Märchenbilder sont devenus des pièces incontournables du répertoire de l'alto.

C'est l'univers des contes de fées qui a inspiré ici Schumann, comme dans ses Märchenerzählungen pour clarinette, alto et piano, d'ailleurs souvent couplé en disque avec les Märchenbilder.
 

Les deux Sonates pour clarinette ou alto et piano op. 120 sont les dernières œuvres de musique de chambre du compositeur allemand Johannes Brahms (1833-1897). Il les a écrites pendant l'été 1894 (soit trois ans avant sa mort), après avoir entendu en concert le clarinettiste Richard von Mühlfeld. C'est ce même clarinettiste qui en assure avec Brahms au piano la création en novembre 1894, devant un public rassemblant notamment Clara Schumann et Joseph Joachim.

Brahms en effectue une transcription quelques mois plus tard pour l'alto (on parle parfois de Sonates pour alto et piano op. 120), un instrument dont la tessiture est finalement assez proche de la clarinette et dont Brahms a trouvé la sonorité intime parfaitement adéquate pour ces deux œuvres où n'est faite nulle place à des effets de virtuosité.

 

 

Verbier Festival

L'événement incontournable de l'été qui réuni à Verbier des mélomanes de tous horizons
Réputé mondialement chez les amoureux de musique classique, le Verbier Festival réunit des musiciens et orchestres de renom, ainsi que la relève. Le festival a lieu chaque été depuis 1994. Les activités multiples du Verbier Festival offrent la possibilité de vivre ces quelques jours de musique dans un cadre alpin exceptionnel. Que l’on vienne en famille ou entre amis, que l’on aime l’intimité des récitals de l’Eglise ou le faste des concerts à la Salle des Combins, la richesse du répertoire a de quoi satisfaire tous les appétits.

  • Fondation du Verbier Festival 4, rue Jean-Jacques Rousseau 1800 Vevey, Suisse
  • web

Vilde Frang

Née en Norvège en 1986, Vilde Frang a étudié au Barratt Due Music Institute à Oslo ainsi qu’avec Kolja Blacher à la Musikhochschule à Hambourg et Ana Chumachenco à la Kronberg Academy. Lauréate 2012 du Credit Suisse Young Artists Award (Prix Jeunes Artistes du Credit Suisse), elle s’est produite aux côtés de l’Orchestre Philharmonique de Vienne dirigé par Bernard Haitink dans le cadre du Festival de Musique d’Été de Lucerne en septembre 2012. Particulièrement remarquée pour sa superbe expression musicale, ainsi que pour sa musicalité et sa virtuosité empreintes de maturité, Vilde Frang s’est imposée comme l’une des meilleures jeunes violonistes de sa génération depuis que Mariss Jansons l’a engagée à l’âge de douze ans pour ses premiers pas aux côtés de l’Orchestre Philharmonique d’Oslo.

Parmi les temps forts de ses derniers et prochains engagements se détachent ses débuts acclamés en 2016 avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Simon Rattle qui se poursuivra sur la saison 2017/2018 à la Philharmonie de Berlin et au festival de Pâques de Baden-Baden, ses prestations aux côtés du Concertgebouw Orchestra, de l'Orchestre de Cleveland, Los Angeles Philharmonic, Philharmonia Orchestra, Orchestre Symphonique de la Bayerischen Rundfunks (Radio Bavaroise), Orchestre Philharmonique de Radio France, BBC Symphony Orchestra, Pittsburgh Symphony, NDR Elbphilharmonie Orchester, Orchestre de Paris and Orchestra Mozart, sous la direction de chefs comme Simon Rattle, Herbert Blomstedt, Vladimir Ashkenazy, Mariss Jansons, Ivan Fischer, Vladimir Jurowski, Daniel Harding, Valery Gergiev, David Zinman, Leonard Slatkin, Neeme Järvi, Paavo Järvi, Esa-Pekka Salonen and Yuri Temirkanov.

Elle est l’invitée de nombreux festivals à travers le monde : Salzburg, Verbier, Lucerne, Rheingau, London Proms, Mecklenburg-Vorpommern, Locknhaus, au festival Georges Enescu et au festival de printemps de Prague. Elle a collaboré avec Gidon Kremer, Yuri Bashmet, Lawrence Power, Martha Argerich, Julian Rachlin, Leif Ove Andsnes, Maxim Vengerov et le Quatuor Ebène. Vilde Frang se produit également en récitals, notamment au Concertgebouw, au Musikverein, à la Philharmonie de Berlin, au Wigmore Hall, au Royal Albert Hall, à la Tonhalle de Zurich, à Boston, San Francisco et au Carnegie Hall.

La saison 2018/2019 sera rythmée par deux tournées en Europe, avec le Deutsche Symphonie Orchester Berlin avec Robin Ticciati et l'Orchestre Philharmonique de Luxembourg avec Gustavo Gimeno, en plus de ses engagements avec le San Francicsco Symphony, Scottish Chamber Orchestra, Bamberger Symphoniker, Leipzig Gewandhaus Orchester, Frankfurt Radio Symphony Orchestra et le Seoul Philharmonic. Vilde est l'invitée de nombreux festivals tels que Rheingau, Lockenhaus, George Enescu Festival et le Prague Spring Music Festival. Elle se produit également régulièrement en récital au Carnegie Hall, Concertgebouw, Vienna Musikverein, Philharmonie Berlin, Wigmore Hall Tonhalle Zurich et le Bozar à Bruxelles, et participe aux Vancouver Recital Series, Boston Celebrity Series tout comme aux San Francisco Performances.

Vilde Frang enregistre en exclusivité pour Warner Classics avec lequel elle a reçu de nombreuses récompenses : Edison Klassiek Award, Classic BRIT Award, « Diapason d’Or », Deutsche Schallplattenpreis. Elle reçut un Gramophone Award dans la catégorie concerto pour son enregistrement du Concerto pour violon de Korngold et son enregistrement du Concerto de Britten.

Son violon est un Jean-Baptiste Vuillaume de 1864.

Tabea Zimmermann

Tabea Zimmermann est aujourd’hui considérée comme une des musiciennes les plus renommées de notre époque.

Elle étudie l’alto avec Ulrich Koch à la Musikhochschule de Fribourg puis avec Sandor Vegh au Mozarteum de Salzbourg, et remporte très tôt plusieurs grandes compétitions internationales.

Elle se produit avec les plus prestigieux orchestres au monde dont le Philharmonique de Berlin, l’Orchestre de Paris et le London Symphony Orchestra. Elle est invitée en résidence à Francfort, Weimar, Luxembourg, Hambourg, avec le Bamberg Symphony et l’ensemble Resonanz.

Elle suscite également la création d’œuvres contemporaines pour alto par des compositeurs comme Michael Jarrell dont elle crée en 2016/17 le Concerto pour alto à Strasbourg, Vienne, Genève et Berlin.

Elle est professeur à la Hochschule für Musik « Hanns Eisler » de Berlin depuis 2002.

András Schiff

Sir András Schiff est né à Budapest en 1953 et a étudié à la Ferenc Liszt Academy sous la direction de Pal Kadosa, György Kurtag et Ferenc Rados.

C’est un pianiste qui privilégie l'intimité du récital ainsi que les collaborations avec des ensembles de musique de chambre, limitant ses apparitions dans des formules concertantes. Dans le domaine vocal, ses collaborations vont de Peter Schreier, Dietrich Fischer-Dieskau, Robert Holl, à Thomas Quasthoff, Juliane Banse ou encore Cecilia Bartoli.

Sir András Schiff a commencé à se consacrer à la direction d'orchestre à partir de son piano au début des années 1980, il consent depuis quelque temps, et pour quelques rares performances, à diriger au pupitre, des oeuvres chorales de Bach, ou des symphonies de Mozart, Haydn et Schubert. En 1999, il a fondé la Cappella Andrea Barca, un orchestre composé exclusivement de solistes et de spécialistes reconnus de musique de chambre, avec qui il se produit à Salzbourg et à Vicenza. Les membres de cet orchestre ont rejoint Schiff à l'occasion du Weimar Kunstfest de cette année où le pianiste est en résidence.

Parmi les récompenses obtenues par Schiff, on retiendra le Prix Bartok, la médaille Claudio Arrau Memorial décernée par la Robert Schumann Society de Düsseldorf, le Prix Kossuth (la plus haute distinction hongroise), le Prix de la musique Leonnie Sonnings au Danemark, le Penna d'Oro de la ville de Vicenza et le prix de la musique de la ville de Brême.

Après ses longues associations avec Decca et Warner Classics, Schiff enregistre désormais pour le label ECM New Series.

Début 2005, son enregistrement de l'oeuvre intégrale pour violoncelle et piano de Beethoven a reçu un Midem classical Award dans la catégorie Musique de chambre. Entre 2004 et 2009, sir András Schiff a joué en concert aux Etats-Unis et dans toute l'Europe l'intégralité des 32 Sonates pour piano de Beethoven, qu'il a enregistrées en 8 volumes, toujours pour ECM.

Son dernier album, sorti en 2015 chez ECM records, inclue les dernières œuvres pour piano de Schubert jouée sur un fortepiano viennois de 1820 fabriqué par Franz Brodmann. Il a notamment reçu l'International Classical Music Award du "Solo Instrumental Recording of the Year" ("Meilleur enregistrement sur un instrument solo").

Ayant été attaqué par des nationalistes après avoir dénoncé le régime politique hongrois en 2011, sir András Schiff a décidé de ne plus jouer dans son pays natal jusqu'à nouvel ordre.

Verbier Festival Chamber Orchestra

Le Verbier Festival Chamber Orchestra (VFCO) est l’orchestre de chambre résident du Festival. Il est composé d'anciens élèves des programmes de formation d'artistes du Festival et qui occupent maintenant des postes dans les plus grands orchestres symphoniques. La liste complète des orchestres est impressionnante et comprend le Philharmonique de Vienne, le Philharmonique de Berlin, le Philharmonique d'Israël, l'Orchestre du Metropolitan Opera, l'Orchestre Royal Concertgebouw, l'Orchestre Zurich Tonhalle et le London Symphony Orchestra. Le VFCO est dirigé par son charismatique directeur musical, Gábor Takács-Nagy, ainsi que par d’autres chefs éminents invités lors du Festival de Verbier.

Votre réaction