Y’a du foutage dans l’air

Cinefeel 90

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Y’a du foutage dans l’air
Ecrit et réalisé par Djamel Bensalah

Avec: Jamel Debbouze, Julien Courbet, Lorant Deutsch, Stéphane Soo-Mongo

Image : Martin Legrand
Son : Xavier Rouaud
Montage : Fabrice Rouaud
Scénario, Djamel Bensalah

L’histoire de quatre jeunes dans un lycée de banlieue.
 

Prix :

Ciné en Herbes à Montluçon (1997) Prix du jury
Festival Européen Universitaire de Montpellier (1997) Prix du jury
Cinémas en France, Festival  international du films Cannes (1997) Prix Kodak
 

Sélections:

Festival de Sarlat (1997)
Festival internacional de Curtas Metragens de Saol Paulo – Brésil (1997)
Festival international du cinéma Francophone, Aberdeen – Canada (1997)
Festival international du film Francophone de Namur – Belgique (1997)
Festival international du film d’Amiens (1997)
Festival du film francophone de Tübingen – Stuttgart (1997)
Festival du film court en plein air de Grenoble (2016)

 

Produit par le GREC avec le soutien du CNC

 

Djamel Bensalah

Djamel Bensalah a suvi des études à l’université de Vincennce-Saint Denis en sociologie option anthropologie. Après un passage par la comédie, notamment dans L'Eau froide d'Olivier Assayas, Djamel Bensalah se tourne vers la réalisation. En 1996, il met en scène son premier court Y'a du foutage dans l'air avec Jamel Debbouze et Julien Courbey dans les rôles principaux, avant de concevoir pour Canal +.

En 1998, ses amis Jamel Debbouze, Julien Courbet et Lorant Deutsch sont de l'aventure pour son premier long métrage intitulé Le Ciel, les oiseaux et... ta mère !. Alors qu'il avait mis plus de deux ans pour monter son premier court avec un budget de 100 000 francs, il ne faut à Djamel que 6 mois de démarches pour financer ce projet. Cette chronique de banlieusards parisiens partis en vacances pour se la couler douce est une réussite commerciale et critique.

En 2007, il revient avec Big City, écrit avec Gilles Laurent, son ami et complice de toujours, déjà scénariste sur ses précédents films. Dans ce film d'enfants pas que pour les enfants, Djamel Bensalah revient une nouvelle fois sur ses thèmes de prédilection, à savoir les problèmes de racisme et d'organisation de la cité. Il réalise en même temps deux de ses rêves : réaliser un western et tourner avec Eddy Mitchell. Sur le tournage du film, il commence à écrire les dialogues de la comédie Neuilly sa mère ! qu'il ne réalise pas mais qu'il produit et qui attire plus de 2 millions de Français en salles. Deux ans plus tard, il fait son retour derrière la caméra pour les besoins de Beur sur la ville, une comédie déjantée sur le milieu policier avec en tête d'affiche le comique Booder.

  • Auteur, Réalisateur / Réalisatrice

Votre réaction