L'Affaire Tailleferre

Opéra de Limoges ClassicAll 14

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Quatre Opéras en un acte de Germaine Tailleferre
Du style galant au style méchant : Le Bel Ambitieux, La Fille d’opéra, Monsieur Petitpois achète un château, La Pauvre Eugénie
Livret de Denise Centore
Créé en 1955 à Paris

Direction musicale : Christophe  Rousset
Assistante à la direction musicale : Debora Waldman
Chef de chant : Brigitte Clair

Mise en scène : Marie-Ève Signeyrole
Assistante à la mise en scène : Aurélie Lemaignen
Scénographie / Costumes : Fabien Teigné
Chorégraphie : Julie Compans
Lumières : Philippe Berthomé
Assistant lumières : Grégoire de Lafond

Pouponne, Euphrasie,Titine, Héloïse :  Magali Arnault Stanczak 
Clémentine, Eugénie : Kimy McLaren
Paula, La Mère, Cunégonde : Antoinette Dennefeld
Mistouflet, Adelstan : Jean-Michel Richer
Le Merlan, Petit Jacques, Mme Phémie, Oreste : Aaron Ferguson
Le Bottier, Le Notaire : Henri Pauliat
L’Inspecteur, Alphonse, Gégène, M. Petitpois : Dominique Coté
Le Père, Le Baron, Le Patron, Le Duc : Luc Bertin-Hugault

Comédien : Matthias Foin Dannreuther
La juge : Maloue Fourdrinier
Figurants danseurs

Orchestre de Limoges et du Limousin

Portée par des figures artistiques majeures du XXe siècle (Jean Cocteau, Erik Satie...), la célébrité de Germaine Tailleferre semble s’être éteinte avec son temps, celui de l’avant-garde, du surréalisme et de la dérision. Les quatre opéras radiophoniques commandés en 1955 par l’ORTF à la compositrice en sont le meilleur exemple : intitulé Du style galant au style méchant, le cycle raconte quatre histoires saugrenues, de moins de vingt minutes chacune, parlant amour, richesse et déconvenues, faisant intervenir des personnages hauts en couleur et tout à fait ridicules, et pastichant quatre époques majeures de l’opéra français - le classicisme, le romantisme, le réalisme et l’opérette.

Écrits pour la radio et non pour la scène, ces quatre opéras-bouffes miniatures sont aujourd’hui portés à la scène : à la vision parodique des deux auteures (compositrice et librettiste) s’ajoute le regard baroque de la metteure en scène. Face à ce foisonnement de second degré, Marie-Ève Signeyrole recrée le théâtre dans le théâtre, et s’échappe totalement du fond pour ne garder que l’absurdité de la forme. 

Sur scène, on juge l’affaire Tailleferre ; un tribunal surréaliste, fait de décors irréels et de danseurs chimériques, invente des chefs d’accusation loufoques pour personnages loufoques. Les siècles se suivent et chacun se ressemble : l’illusion du théâtre devient désillusion du tribunal, et les compositeurs convoqués par Tailleferre (Rameau, Offenbach, Charpentier, Boïeldieu...) se prêtent sans le savoir au jeu de la justice...

 

Opéra de Limoges

L’Opéra-Théâtre de Limoges constitue un pôle de création, de production et de diffusion de spectacles lyriques et chorégraphiques, à vocation locale et régionale.

Les créations et nouvelles productions sont conçues, dans le cadre de coproductions, dans la perspective d’une diffusion élargie sur le territoire régional, en France et à l’étranger le cas échéant.

L’établissement met aussi en œuvre une programmation musicale qui s’appuie prioritairement sur l’Orchestre de Limoges et du Limousin pour ce qui est de la musique symphonique, sur des artistes ou des formations de renommée nationale et internationale, pour l’ensemble du champ des musiques savantes, improvisées ou traditionnelles. Elle explore particulièrement toutes les formes de la musique vocale.

La programmation est également ouverte à l’ensemble des arts vivants (danse, théâtre, arts du cirque, jeune public, …) en lien avec les principaux acteurs culturels de Limoges et de la région.

L’opéra-théâtre de Limoges s’attache à mettre en œuvre un projet artistique qui prévoit notamment la couverture du programme lyrique, chorégraphique et musical la plus large possible, un projet visant l’excellence des propositions artistiques présentées.

Sa mission, qui s’inscrit dans les objectifs de la politique culturelle menée par la Ville de Limoges, s’exerce avec le souci de rendre les propositions artistiques accessibles au plus grand nombre, d’élargir et de renouveler les publics au travers de toutes les formes de la médiation, y compris les plus innovantes

  • 48 Rue Jean Jaurès, 87000 Limoges France
  • web

Christophe Rousset

Fondateur de l’ensemble Les Talens Lyriques et claveciniste internationalement reconnu, Christophe Rousset est un musicien et chef d’orchestre inspiré par sa passion pour l’opéra et la redécouverte du patrimoine musical européen.

L’étude du clavecin à La Schola Cantorum de Paris avec Huguette Dreyfus, puis au Conservatoire Royal de la Haye avec Bob van Asperen (il remporte à 22 ans le prestigieux 1er Prix du 7e concours de clavecin de Bruges), suivie de la création de son propre ensemble, Les Talens Lyriques, en 1991, permettent à Christophe Rousset d’appréhender parfaitement la richesse et la diversité des répertoires baroque, classique et pré-romantique.

D’abord remarqué par la presse internationale et les maisons de disques pour ses extraordinaires qualités de claveciniste, il impose vite son image de chef et se voit invité à diriger son ensemble dans le monde entier (Opéra de Paris, De Nederlandse Opera, Théâtre des Champs-Élysées, Salle Pleyel, Opéra de Lausanne, Teatro Real, Theater an der Wien, Opéra Royal de Versailles, Théâtre Royal de la Monnaie, Barbican Centre, Carnegie Hall, Concertgebouw Amsterdam, Festivals d’Aix-en-Provence et de Beaune) etc.

Parallèlement, il poursuit une carrière active de claveciniste et de chambriste en se produisant et en enregistrant sur les plus beaux instruments historiques. Ses intégrales des œuvres pour clavecin de F. Couperin, Rameau, d’Anglebert et Forqueray et les divers enregistrements consacrés aux pièces de J.-S. Bach (Partitas, Variations Goldberg, Concertos pour clavecin, Suites anglaises, Suites françaises, Klavierbüchlein) sont vus comme des références. Son dernier album consacré à un autre monument du Cantor allemand, le 2e livre du Clavier bien tempéré (Aparté) – enregistré au Château de Versailles sur un clavecin Joannes Ruckers (1628) –, a reçu de multiples récompenses dont un Choc de Classica et le prix CD of the week de la radio anglaise Radio 3. Les instruments du Musée de la Musique à Paris lui ont par ailleurs été confiés pour l’enregistrement de trois disques dédiés à Royer, Rameau et Froberger.

La dimension pédagogique revêt également une importance capitale pour Christophe Rousset qui dirige et anime des masterclasses et académies de jeunes (Accademia Musicale Chigiana de Sienne, CNSMD de Paris, Académie d’Ambronay, Orchestre Français des Jeunes Baroque, Jeune Orchestre Atlantique, Junge Deutsche Philharmonie, Britten-Pears Orchestra) et s’investit avec énergie aux côtés des musiciens des Talens Lyriques dans l’initiation de jeunes collégiens parisiens à la musique.

Il poursuit en outre une carrière de chef invité (Liceu Barcelone, San Carlo Naples, Scala de Milan, Opéra Royal de Wallonie, Orchestre national d’Espagne…) et se consacre également à la recherche musicale à travers des éditions critiques et la publication en 2007 d’une monographie de Rameau chez Actes Sud.

Christophe Rousset est Commandeur des Arts et des Lettres et Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Marie-Eve Signeyrole

Pendant ses années lycée, Marie-Ève Signeyrole s’initie à la photographie et au théâtre, puis écrit et met en scène ses premières pièces et comédies musicales jeune public au sein de l’Association musicale Divertimento. Licenciée es Lettres Modernes à la Sorbonne et titulaire d’un Master audiovisuel à l’Institut International de l’Image et du Son, elle conclut ses études par un mémoire sur le travail de Patrice Chéreau : « Opéra et Cinéma, des territoires en circulation » et dessine un parcours à deux voies : la réalisation cinématographique et la mise en scène d’opéra.

Encore étudiante, Marie-Ève est monteuse et assistante réalisation pour Global Event System, UMT Télévision et Telfrance. En 2004, elle participe à la création d’Ellios Production, société de production audiovisuelle, en qualité de directrice artistique et réalisatrice.

En 2009, la jeune réalisatrice réalise son second moyen-métrage "Alice au pays s’émerveille", filmé en Serbie et interprété par Emir Kusturica. Le film est sélectionné et primé dans les festivals internationaux (France, Suisse, Pologne, Roumanie, Allemagne…).

Sa collaboration avec Emir Kusturica a commencé sur Le Temps des gitans en 2007 à l’Opéra Bastille où elle est collaboratrice à la mise en scène et où elle réalise le multi-caméra du spectacle pour France Télévision.

En 2011, elle écrit et réalise les programmes courts « En vert et contre tous » pour Orange Image.
En 2013, elle achève l’écriture de son long-métrage « Vanilla Pudding ».
Marie-Ève Signeyrole commence à travailler à l’Opéra de Paris en 2003 sur les productions de metteurs en scène tels que Willy Decker, Peter Sellars, Laurent Pelly, Christoph Warlikowski… De 2006 À 2012, elle est collaboratrice à la mise en scène de Christoph Marthaler, Stanilas Nordey, Pet Halmen, Gilbert Deflo, Jean-Louis Martinoty, Jean-Claude Auvray, David Mc Vicar…
En mai 2012, elle met en scène La Petite Renarde Rusée de Leos Janacek à l’Opéra national de Montpellier.
En juin 2013, elle participe à l’Académie européenne de musique (ENOA community) en tant que jeune metteur en scène sous la direction de Manfred Trojann au Festival d’Aix en Provence. Elle poursuit cette résidence en juin 2014 pour développer son projet d’écriture d’un opéra contemporain Vanilla Pudding en tant qu’auteur et metteur en scène.
En juillet 2013, elle met en espace et en lumière le concert d’ouverture Mass de Bernstein pour le Festival de Radio France et Montpellier.  En janvier 2014, elle met en scène Eugène Onéguine de Tchaïkovski à l’Opéra national de Montpellier. En juin 2014, elle est auteur du spectacle musical 14+18 qu’elle met en scène à l’Opéra National de Paris, pour Dix mois d’école et d’opéra en co-production avec l’Opéra national de Lorraine, l’Opéra national de Montpellier et l’Opéra de Reims.
Durant la saison 14-15, elle met en scène Owen Wingrave de Britten à l’Opéra national de Lorraine en octobre 14 puis en novembre 14, « L’Affaire Tailleferre » : les quatre opéras Bouffes de Germaine Tailleferre à l’Opéra-Théâtre de Limoges.
Puis 2 très beaux projets : la création Mondiale du «Monstre dans le labyrinthe » de Jonathan Dove en juillet 15 au Festival d’Aix-en-Provence puis une résidence en 2016 à l’Opéra national de Montpellier avec le projet d’Il Trittico de Puccini sur 3 saisons.

Votre réaction