A Plate Couture

Dramateek 9

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium
A Plates Coutures
de Carole Thibaut
Inspiré des ex ouvrières de Lejaby

Musique : Simon Chomel
Mise en scène : Claudine Van Beneden
Assistant mise en scène : Raphaël Fernandez
Scénographie : Sophie Toussaint
Lumières : Christophe Pont
Son : Magali Burdin
Avec : Angeline Bouille, Barbara Galtier, Chantal Péninon, Claudine Van Beneden et Simon Chomel

Ce spectacle s’inspire du combat des ex ouvrières Lejaby face à la fermeture de leur atelier en 2010. Dans une écriture forte et poétique, nourrie de la rencontre avec ces femmes, quatre comédiennes et un musicien racontent la lutte, la résistance, les bouleversements que ce conflit a provoqué dans leurs vies, et ce qui a suivi.

La mise en scène enchante les voix, chorégraphie les corps, rythme les gestes répétitifs et la musique omniprésente est rude, âpre dans le conflit mais se fait douce pour souligner l’intime.

Pas de misérabilisme, pathos ou regard défaitiste. Ici on fabrique du glam, du sensuel et du luxe. On compose des chants de résistance à partir des hits du top 50. On lutte. On vit tout simplement.

Dans un décor sobre et froid, peignant rigoureusement un atelier de confection de lingerie fine, les quatre comédiennes et un musicien interprètent avec brio et talent l’histoire de lutte, l’histoire de ces femmes, appelées aujourd’hui "Les Lejaby", combattant pour la sauvegarde de leur emploi mais aussi pour rester vivantes et dignes.

Émue, Huguette, 55 ans, d’Yssingeaux, ex-ouvrière de Lejaby mais réintégrée par Les Ateliers Du Meygal (LDAM), manifeste son "étonnement en même temps que le côté amusant et dramatique de la pièce qui lui rappelle beaucoup de souvenirs, de vécu".De son côté, Madeleine, 60 ans, du Puy, avoue avoir "été très touchée par les paroles si fortes et sortant des tripes de ces femmes et par l’interprétation de très grande qualité des comédiennes".

Souria, 43 ans d’Yssingeaux, accompagné de Théo et Thomas, renchérit : "C’était super et très émouvant ; les textes retracent bien la réalité et le vécu des ouvrières ; on avait l’impression que les actrices nous parlaient". "C’était super, je me suis bien reconnue et retrouvée dans le combat des Lejaby tel qu’il a été présenté", atteste Jacqueline, 54 ans, habitant Araules, ex-ouvrière de Lejaby. » ZOOM 43

Compagnie Nosferatu

Installée depuis 2004 en Haute Loire, la compagnie Nosferatu production est en résidence association au Théâtre d’Yssingeaux. Son ambition est de développer un théâtre musical exigeant par le fond et la composition et de confronter sa forme qualifiée de « divertissante » à des sujets de société.

Subventionnée par la DRAC Auvergne, la Région Auvergne, le Conseil Général de la Haute-Loire, la Ville d’Yssingeaux, la Communauté d’agglomération du Puy en Velay, la Ville du Puy en Velay et Transfo.

Nous imaginons des projets où le rapport scène/salle est conçu de façon à ce que les spectateurs se sentent « accueillis ».
Avec cet abord convivial nous espérons ainsi faire découvrir des textes et des œuvres musicales à un public qui n’irait peut être pas les voir, ou les entendre, si elles lui étaient présentées sous une forme traditionnelle et conventionnelle.

« C’est le désir qui crée le désirable, et le projet qui pose la fin » Simone de Beauvoir

Le désir de raconter, de créer, de chanter, de susciter des émotions et de partager est le moteur de la Cie Nosferatu production ; récemment au regard du contexte social et politique actuel la compagnie s’interroge sur la possibilité d’investir le champ social par l’art, l’expression et la créativité.

Aujourd’hui, notre partenariat avec la ville et le théâtre d’Yssingeaux au titre de résidence association se termine avec la création de A Plates Coutures en novembre 2014. De nouvelles aventures, de nouveaux projets et de nouvelles collaborations, que nous espérons enthousiasmantes, sont en cours de réflexion et d’élaboration avec d’autres structures en Haute Loire.

La compagnie veut croire que l’art et le spectacle vivant sont capables de sensibiliser l’opinion publique et d’offrir de nouvelles manières de voir les choses en continuant à tisser des liens avec les publics. Nos projets futurs seront donc les fruits d’une réflexion et d’un questionnement sur notre mode de fonctionnement, la forme, les sujets et les thèmes abordés dans nos propositions artistiques. Nous puiserons notre inspiration sur notre territoire mais notre regard se portera au-delà afin de développer des partenariats régionaux, nationaux et européens.

Votre réaction