Anima Eterna / Van Immerseel / Mozart

Concertgebouw Brugge ClassicAll 43

{{comments.length}} Chapitrage(s)

  • {{formatTimestamp(comment.timestamp)}} {{comment.content}}
    delete save cancel
You can skip this ad in 15 sec or switch to premium for a "no ads" experience. {{countDown}} seconds remaining
Skip ad

Vous pourriez aussi aimer

logo 4K
{{doc.forte}}

{{doc.title}}

{{doc.artistNames}} Premium

Anima Eterna & Mozart
Andrea Lauren Brown, soprano
Yoko Kaneko, pianoforte
Jos van Immerseel, pianoforte
Anima Eterna Brugge
Jos van Immerseel, direction

- Symphonie no.29 en La Majeur KV201
- Aria "Chi sa qual sia", KV 582
- Aria "Per pietà, bell'idol mio", KV 78
- Aria "Bella mia fiamma... Resta, o cara", KV 528
- Aria "Ah, lo previdi", KV 272
- Aria "Nehmt meinen Dank", KV 383
- Concerto pour 2 pianos et orchestre, KV 365

Jos van Immerseel et Anima Eterna Brugge proposent un florilège d’œuvres de Mozart.

Les arias de concert tirées de différentes compositions constituent un ingrédient spectaculaire de cette soirée consacrée à Mozart. Dans un rôle de premier plan: la soprano américaine Andrea Brown qui n’en est certes pas à son coup d’essai avec ces prouesses vocales. Elle possède en outre les qualités lyriques et la flexibilité vocale que Mozart attendait d’une prima donna. Brown est à ne pas rater dans ces gemmes opératesques !

Van Immerseel prend également place derrière le clavier en compagnie de la pianiste japonaise Yoko Kaneko pour le Concerto pour 2 pianos, une œuvre qu’ils ont enregistrée en 2006 et qu’ils connaissent donc sur le bout des doigts !

Concertgebouw Brugge

Le Concertgebouw (« bâtiment de concert ») de Bruges, est un centre international de musique et des arts scéniques situé à Bruges. Il abrite régulièrement des grands festivals, comme le MAfestival de Bruges en août, la Bach Academy en janvier, et un festival de danse en décembre. Le bâtiment, situé sur la place 't Zand, a été construit en 2002, avec le support de la province de Flandre-Occidentale, alors que Bruges était la capitale européenne de la culture, mais il y avait dès 1990 des projets pour un tel bâtiment. Il mesure environ 120 mètres de long, 50 de large et 35 de haut.

Outre une grande salle de 1290 places sur trois niveaux, le bâtiment offre une salle pour musique de chambre qui peut accueillir 320 auditeurs. Au rez-de-chaussée, se trouve une salle de café-concert et le septième et dernier étage de la Tour de Lanterne' est un espace d'exposition dédié à l'art contemporain. On y bénéficie de plus d'une belle vue sur la ville.

Le bâtiment a été conçu par les architectes Paul Robbrecht et Hilde Daem. Par l'emploi de plusieurs trouvailles architecturales comme les 4,696 ressorts sur lesquels repose le bâtiment, le Contergebouw offre une excellente acoustique, de premier plan au niveau mondial. Sur l'aspect architectural du bâtiment, les avis sont partagés. Certains Brugeois considèrent qu'une structure aussi lourde s'accorde mal au contexte historique de la ville. D'autres apprécient les façades recouvertes de milliers de tuiles rouges en terre cuite, 68,000 au total, cuites à Saint-Omer dans le nord de la France.

À l'occasion de l'ouverture du bâtiment, une bière spéciale a été brassée, une bière blonde appelée bière terracotta (nl), en référence aux tuiles en terre cuite recouvrant le bâtiment.

 

Jos Van Immerseel

Jos van Immerseel, né à Anvers en 1945, fait des études de piano, d’orgue, de chant et de direction d’orchestre respectivement auprès d’Eugène Traey, Flor Peeters, Lucie Frateur et Daniel Sternefeld. En autodidacte, il s’intéresse de près à l’organologie, à la rhétorique et aux pianos historiques. Sa passion pour les claviers historiques naît de sa rencontre avec deux magnifiques instruments du Musée Vleeshuis d’Anvers (Joannes Dulcken – 1747; Conrad Graf – 1826), mais aussi de contacts décisifs avec des musiciens engagés tels que  René Jacobs, les frères Kuijken, Jaap Schröder, Anner Bijlsma, Paul Van Nevel, Guy de Mey et Paul Dombrecht. Combinée avec sa fascination pour l’orgue et la musique vocale, cette voie le mène naturellement vers la musique ancienne. Il fonde alors le Collegium Musicum (1964-1968) avec lequel il fait un certain nombre d’expériences dans le domaine de la musique renaissance et baroque sur instruments d’époque. La même voie l’incite à entreprendre des études approfondies de clavecin historique auprès de Kenneth Gilbert. Jalon suivant : il remporte le premier prix - décerné à l’unanimité par le jury et par le public - lors du premier concours de clavecin de Paris (1973). Jos van Immerseel, seul candidat optant alors de façon conséquente pour le clavecin historique, annonce une ère nouvelle dans l’histoire de l’école française de clavecin. Soliste reconnu dans le monde entier, il est aujourd’hui invité par les podia les plus importants au niveau international. Jos van Immerseel est également un musicien de chambre enthousiaste qui se produit régulièrement avec des âmes sœurs telles que Midori Seiler (violon), Claire Chevallier (piano), Sergei Istomin (violoncelle), Sandrine Piau (soprano) et Thomas Bauer (baryton).

Jos van Immerseel se construit parallèlement une très solide réputation de chef d’orchestre. S’il s’intéresse initialement particulièrement à la musique baroque (ses fameuses interprétations de l’Orfeo de Monteverdi en 1977 constituent notamment un sommet), ses recherches et sa pratique orchestrale le conduisent peu à peu vers des périodes plus tardives, jusqu’à des projets autour d’œuvres de Liszt, Poulenc et Gerschwin. Il dirige entre autres le Radio-Kamerorkest, le Nederlands Kamerorkest, le Nederlands Kamerkoor, l’Akademie für Alte Musik Berlin, la Wiener Akademie, le Budapest Festival Orchestra, Tafelmusik Toronto et Musica Florea Praag. Depuis 1987, il se concentre toutefois sur son propre laboratoire musical : Anima Eterna Bruges (AEB) – un orchestre qui fonctionne sur la base de projets avec un effectif instrumental historique et qui, après s’être maintenu plus d’un quart de siècle sur les barricades, a su acquérir une réputation aussi légendaire que celle de son directeur musical.

Jos van Immerseel est en outre un pédagogue. Il a enseigné dans des instituts musicaux dans le monde entier : Entre 1982 et 1985, il est aux côtés de Ton de Leeuw directeur artistique du Conservatoire Sweelinck d’Amsterdam. Il est également pendant longtemps professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris, professeur invité à la Scola Cantorum de Bâle, à l’Université Kunitachi de Tokyo, à l’Indiana University de Bloomington, et donne des classes de maître de Weimar à Fukuoka.

Même une vie itinérante a besoin de points d’ancrage : les bases de Jos van Immerseel sont BOZAR à Bruxelles, le Concertgebouw de Bruges – où il est avec AEB en résidence depuis 2003 -, et l’opéra de Dijon où AEB possède le statut d’ensemble associé. Une imposante discographie de plus d’une centaine d’enregistrements – exclusivement sur instruments historiques – édités par des sociétés de disques telles qu’Accent, Channel Classics et Sony témoigne du trajet de Jos van Immerseel. Depuis 2002, il dirige pour le label parisien Zig-Zag Territoires (Outhere) la Collection Anima Eterna, qui avec son inspirateur sinue le long de l’histoire de la musique, allant d’ouvrages majeurs inouïs au dépoussiérage d’un certain nombre de chefs d’œuvre. Ces enregistrements, salués par la presse internationale spécialisée, ont été couronnés par de nombreux prix et distinctions tels que le Diapason d’Or, le Choc du Monde de la Musique et les FFFF de Télérama ; leur inspirateur a en outre reçu le prix du Musikfest de Brême pour sa carrière exceptionnelle.

Claviériste, chef d’orchestre, chercheur, enseignant : le travail de Jos van Immerseel est sa vie, et sa vie est musique. De toutes les manières, il se bat pour un dialogue entre la musicologie et la pratique artistique. Au-delà des dogmes de « l’interprétation sur instruments d’époque dans le respect des sources », c’est avant tout l’interprétation du répertoire telle que le compositeur a pu la concevoir qui conduit sa pensée et ses actions. Tout aussi essentiels sont les instruments qu’un compositeur a connus, entendus, utilisés : ils constituent une précieuse source d’information en ce qui concerne le style, le tempo, la dynamique, l’acoustique et l’équilibre. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’une collection d’instrument se trouve au cœur même des activités de Jos van Immerseel : collection fascinante d’instruments à clavier qui couvrent une période de plus de trois siècles et va du clavicorde à l’orgue Hammond. Instruments, manuscrits autographes et autres sources primaires mènent Jos van Immerseel au plus près du compositeur et de sa musique : point de départ nécessaire qui échappe à tout compromis.

Anima Eterna Brugge

L’Orchestre fondé par Jos van Immerseel en 1987 s’est initialement fait connaître par sa pratique des exécutions historiques : l’étude critique des partitions et l’utilisation d’instruments authentiques dans des orchestrations fidèles à l’époque. De la musique pour connaisseurs donc, qui apprécient de se voir proposer une nouvelle approche d’un répertoire qu’ils pensaient connaître. Mais si le public n’a fait que s’étoffer en plus de vingt ans, ce n’est pas en raison de la rigueur scientifique avec laquelle chaque nouveau projet est abordé, ni du savoir-faire des musiciens et de leur chef d’orchestre, mais pour ce qu’ils produisent: la musique.

Anima Eterna Brugge est un orchestre qui fonctionne dans le cadre de projets, en s’attaquant cinq à six fois par an à un nouveau répertoire. Il s’ensuit un dialogue intense entre les musiciens et le directeur artistique. Rien ne va de soi, tout est matière à étude. Qu’y a-t-il exactement dans la partition? Comment l’a entendue le compositeur à sa table de travail, dans sa tête ? Quelle est la distribution idéale de l’orchestre et à quelles conventions convient-il de se plier ? Quel était autrefois le son d’un basson ? Quel potentiel d’expression personnelle le morceau offre-t-il? Tous les membres de l’orchestre font cause commune pour mettre à nu les secrets du morceau de musique, chacun avec son savoir-faire, son instrument et sa relation personnelle avec la musique. Le fruit de ce travail de fond est magique. Graduellement, toute antinomie entre liberté artistique et nécessité historique s’estompe et Mozart obtient gain de cause: l’auditeur a l’impression d’entendre le compositeur lui-même.

Même la musique du XIXe siècle et du premier tiers du XXe siècle qui est moins souvent abordée sous l’angle historique que la musique baroque, renaît d’un souffle nouveau dans le laboratoire d’Anima Eterna Brugge.

Avec une nouvelle série de CDs avec le label français Zig-Zag Territoires Anima Eterna s’assure d’ores et déjà d’une place de choix dans la discothèque personnelle des mélomanes, mais pour vraiment sentir comment van Immerseel et ses musiciens réinjectent du sang dans les veines de Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Berlioz, Rimsky Korsakov, Liszt, Ravel et même Johann Strauss fils, il ne peut y avoir d’autre option que d’assister à leurs concerts.

Depuis 2003 Jos van Immerseel et Anima Eterna Brugge sont en résidence au nouveau Concertgebouw de Bruges. Ensemble, ils ont réalisés plus de cent enregistrements, pour Accent, Channel Classics, Sony et pour la « Collection Anima Eterna » sur le label parisien Zig-Zag Territoires.

Votre réaction